13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Les prix du poisson atteignent des sommets

Les prix du poisson atteignent des sommets

Dernière mise à jour le mardi 25 juin 2013

Article paru
sur le site "Les Echos" - 24 Juin 2013
Visualiser l’article original


Les cours mondiaux du poisson s’envolent, observe le rapport de la FAO, l’organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations unies (ONU) dans ses Perspectives alimentaires parues en juin 2013. Au cours du seul mois de mai, l’indice des prix a ainsi progressé de 6,3 % par rapport à avril. Sur douze mois, depuis avril, la hausse a atteint 16 %. Une flambée essentiellement due à deux espèces : le saumon et le thon, dont l’offre est insuffisante pour couvrir l’essor de la demande.

Les prix du saumon issu de la pêche sauvage ont grimpé plus vite que ceux du saumon d’élevage provenant des fermes aquacoles. Selon les prévisions, la production de saumon d’élevage devrait, en effet, augmenter de 5,6 % en 2013, tandis que les captures de pêche s’accroîtront de moins de 1 %.

En dépit d’une hausse de 13 %, en 2012, de la production du saumon élevé dans les fermes aquacoles des océans Atlantique et Pacifique, les prix ont continué à monter en raison de la relance de la demande, indique la FAO. En 2011, ils étaient tombés à un niveau historiquement bas. Et, malgré une offre accrue de 2 à 3 % en 2013, les cours devraient rester élevés, ajoute l’organisation. Contrairement aux prévisions, il ne faut pas attendre un surcroît de livraisons en provenance du Chili et de Norvège, ces deux pays rencontrant des problèmes de production.

Le marché du thon est, quant à lui, soutenu par l’importance des achats au Japon, depuis le début de l’année. Aux Etats-Unis, la demande reste forte et stable pour le thon, qui n’est pas en boîte, malgré le prix élevé de 2.000 dollars la tonne.
Quota d’importation

Au cours du premier trimestre 2013, l’Union européenne a accepté d’accroître son quota d’importation, à droits nuls, de filets de thon de 35 % en passant de 15.000 à 22.000 tonnes par an pour les trois prochaines années. Les conserveurs européens, majoritairement espagnols, ont consommé ce quota dès le premier trimestre, en provenance de Thaïlande, du Vietnam, de Chine, d’Indonésie et des Philippines. Il faut se rendre à l’évidence, commente la FAO : « Les prix élevés ne freinent en rien l’importation en provenance des principaux marchés. » La configuration du marché pourrait toutefois évoluer. Les douanes américaines pourraient imposer un droit de 12,5 % sur les steaks de thon surgelé ainsi que sur les filets traités au monoxyde de carbone, à l’occasion d’un changement de nomenclature. Un tel changement de tarif aura une incidence à la baisse sur l’importation américaine, estime la FAO.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP