21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Les producteurs d’échalote français repartent en guerre

Les producteurs d’échalote français repartent en guerre

Dernière mise à jour le samedi 23 avril 2016

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 22 Avril 2016
Visualiser l’article original


Véritable échalote ou oignon déguisé ? Le conflit dure maintenant depuis des années. Depuis le début des années 2000, les producteurs français accusent leurs concurrents hollandais de cultiver en grandes quantités, et de vendre à bas prix, une fausse échalote. Des “contrefaçons” commercialisées sous l’appellation d’échalote alors qu’elles ne semblent pas répondre pas aux normes établies par l’Union européenne. Mais cette dernière semble avoir des difficultés à trancher.

La différence ? « L’oignon se sème, l’échalote se plante », explique Hubert Le Nan, président de la Section nationale échalote, au Figaro. « L’espèce commercialisée par les Pays-Bas est issue de semis, c’est-à-dire créée à partir d’un croisement entre l’échalote et l’oignon ». Si les deux produits se ressemblent physiquement, leur goût les distinguent nettement, selon ce producteur de Plouescat, dans le Finistère. « Étant donné qu’elle résulte d’un croisement, cette échalote hybride a un goût intermédiaire », affirme-t-il. « Certains bulbes ont parfois plus le goût de l’oignon, et d’autres le goût de l’échalote ».
« Il est encore difficile de définir strictement les différentes espèces »

Pour affirmer que cette échalote hollande est une contrefaçon, le président de la SNE s’appuie sur une étude scientifique menée le Geves (Groupe d’études et de contrôle des variétés et des semences français) et le NAKT, son homologue hollandais, en 2013. « Les résultats sont probants : elle ne répond pas au protocole sur l’inscription des variétés originales établis en 2005 par l’UE », assène le président de la Section nationale échalote. « L’échalote de semis hollandaise devrait être donc interdite »..
.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP