20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Les puces électroniques flirtent avec leurs limites

Les puces électroniques flirtent avec leurs limites

Dernière mise à jour le vendredi 25 avril 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 20 avril 2014
Visualiser l’article original



La microélectronique flirte avec ses limites. Depuis cinquante ans, le nombre de transistors augmente régulièrement sur une puce en silicium. Une prouesse qui augmente la vitesse de calcul et le nombre de tâches effectuées, ce qui permet de réduire le coût du composant électronique et de diminuer sa consommation d’énergie.

Actuellement, le microprocesseur (un peu le « moteur » d’un ordinateur) le plus avancé intègre plus de 1,5 milliard de transistors. La loi de Moore fonctionne. Cette règle empirique, édictée par Gordon Moore, un des fondateurs d’Intel, prédit que tous les dix-huit mois (initialement, en 1965, la durée prévue était de deux ans) le nombre de transistors peut doubler sur une puce, du fait de l’amélioration des techniques.

« Mais la loi de Moore est proche de sa limite physique ou financière », lâche Olivier Thomas, directeur adjoint de l’Im2np (Institut matériaux microélectronique et nanosciences de Provence). Cet organisme utilise la cristallographie, la science des cristaux, qui fête son centenaire cette année. Il reste possible de diminuer encore la taille des transistors « au prix d’investissements colossaux et d’équipements de production très onéreux, achetés aux Pays-Bas, que seul Intel peut financer ». Ainsi, la nouvelle technique de production, si précise à élaborer, devient bien plus coûteuse que celle utilisée pour la génération précédente.

Les limites physiques sont nombreuses. Pour augmenter le nombre de transistors, il est nécessaire de réduire la taille de gravure des composants élémentaires. Mais cette dimension est devenue si minuscule, de l’ordre de 15 nanomètres (milliardièmes de mètre), qu’il ne sera bientôt plus possible de descendre plus bas.

Cette taille correspond déjà à une centaine de couches d’atomes. En outre, il est nécessaire d’obtenir une diffusion très homogène de composés chimiques (des « dopants ») dans le cristal de silicium (principal composant de la puce électronique) pour lui conférer ses propriétés de semi-conducteur.

« Dans nos expériences, nous récupérons de 10 à 100 millions d’atomes »
Dominique Mangelinck, CNRS

À Marseille, pour surveiller cette diffusion, les chercheurs pèlent, littéralement, couche atomique par couche atomique, un échantillon taillé en forme de pointe. Pour y parvenir, ils utilisent une sonde atomique dite « tomographique », un équipement unique en France, hébergé par l’Im2np, dans le nord de la Cité phocéenne. « Dans nos expériences, nous récupérons ainsi de 10 à 100 millions d’atomes », précise Dominique Mangelinck, directeur de recherche CNRS. La cartographie des atomes récoltés est ensuite reconstituée.

Une autre limite est celle des couches d’isolants, constituées quant à elles d’une quinzaine de niveaux d’atomes. Leur rôle est majeur : elles empêchent les « courants de fuite », sinon le composant électronique consomme de l’énergie même quand la machine qui l’utilise est éteinte.

Un handicap majeur pour les appareils nomades, qui se déchargeraient trop vite. Et la consommation d’énergie des gros ordinateurs, toujours connectés au réseau électrique, risque de devenir trop élevée. « Pendant quarante ans, jusqu’en 2007, le processus de fabrication était le même : les dimensions étaient diminuées et les chercheurs utilisaient comme isolant le dioxyde de silicium », rappelle Catherine Dubourdieu, directrice de recherche CNRS à l’INL (Institut des nanotechnologies de Lyon). Mais depuis la fin des années 2000, les industriels utilisent des oxydes qui sont de bons isolants. Ils doivent par ailleurs être associés à un matériau métallique. Pour des puces commerciales, ces nouveaux “empilements” d’oxyde-métal ont été utilisés pour la première fois par Intel en 2007, pour les générations de transistors de 45 nm. »

Maintenant, à chaque fois que la taille de gravure diminue, de nouvelles méthodes de production doivent être développées. Pour réduire les dimensions, les industriels explorent des voies différentes. Pour les isolants, l’oxyde de hafnium est devenu très prisé pour « les petites dimensions, en deçà de 45 nm », précise Catherine Dubourdieu.

Devant l’importance de ces oxydes, le CNRS a lancé, en janvier, un groupement de recherche, baptisé « Oxyfun », qui s’intéresse à ces matériaux exotiques obtenus à partir de hafnium, de lanthane, d’yttrium ou de zirconium. De plus, l’approvisionnement de ces composés constitue un enjeu stratégique majeur. Un problème de ressources pourrait se poser : les réserves de hafnium sont estimées à une dizaine d’années.

Par ailleurs, l’arséniure de gallium et le germanium trouvent un regain d’intérêt. Déposés à la surface du silicium, ils « permettent d’augmenter la mobilité des porteurs de charge (électrons et “trous”, NDLR) pour les générations de 10 nm et au-dessous », ajoute la chercheuse de Lyon.
La piste des cristaux à changement de phase

Pour la microélectronique du futur, l’Im2np explore les mémoires dites à changement de phase pour remplacer « les mémoires flash » (ou SSD, utilisées dans les mobiles, les appareils photo et à la place de disque dur d’ordinateurs, NDLR), proches de leurs limites. Car l’écriture des données y est trop lente », justifie Magali Putero, maître de conférences à l’université Aix-Marseille. En passant d’une structure amorphe (désordonnée) à cristalline (ordonnée), sous l’effet de la température ou d’un courant électrique, certains matériaux changent rapidement (milliardième de seconde) leurs propriétés : ils deviennent, par exemple, transparents ou opaques. C’est à l’aide de cette caractéristique que fonctionnent les DVD et CD dits « réinscriptibles ».

Déposé à la surface du disque, un matériau à changement de phase, éclairé par un laser, permet d’écrire des « bits » (0 ou 1), de manière réversible. Mais un handicap de ces composés est de changer de taille quand ils changent de phase, ce qui les rend fragiles et les empêchent d’être incorporés dans des puces. D’où l’idée de marier des éléments où la taille d’un composé augmente et celle de l’autre diminue quand ils s’organisent. C’est le cas notamment de cristaux composés de gallium-antimoine ou de germanium-antimoine-tellure

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP