22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Les récifs coralliens source de revenus pour l’Outre-mer

Les récifs coralliens source de revenus pour l’Outre-mer

Dernière mise à jour le samedi 26 octobre 2013

Article paru
sur le site "Témoignages" - 24 octobre 2013
Visualiser l’article original



Une récente étude de l’IFRECOR, l’Initiative Française pour les Récifs Coralliens, menée en Nouvelle-Calédonie démontre qu’au-delà de leur participation à la biodiversité marine, les récifs coralliens et les écosystèmes associés (herbiers et mangroves) sont devenus une source majeure de revenus économiques pour les territoires.

En Nouvelle-Calédonie, les récifs coralliens permettent ainsi de générer à eux seuls entre 80 et 100 millions d’euros de revenus par an, contre 600 millions d’euros pour le secteur minier (données ITSEE 2008). L’étude détaille précisément la contribution financière des récifs coralliens rattachée à chaque secteur économique ; protection du littoral, pêche, tourisme, bio-prospections, et enfin recherche et éducation.

Cette étude révèle aussi les économies que réalise le territoire en assurant leur préservation. On estime ainsi que le rôle joué par les récifs coralliens dans la protection des côtes face à la houle permet au territoire une économie de près de 170 millions d’euros. Cela démontre les bénéfices indirects des politiques environnementales et d’aménagement du territoire en faveur de la gestion durable de ce capital naturel exceptionnel.
Les économies réalisées tous les ans

La pêche : 50 à 70 millions d’euros

• En Nouvelle-Calédonie, une famille sur trois pratique la pêche ; qu’elle soit de nature commerciale officielle, plus informelle comme la pêche récifo-lagonaire ou plus touristique comme la pêche de loisir pratiquée à bord d’embarquement à moteur. En plus de l’importance de la pêche comme source de protéines et revenus informels en milieu rural, l’économie néo-calédonienne tire d’importants bénéfices de la pêche récifo-lagonaire.

Les récifs agissent comme nutriments pour l’aquaculture, et sont producteurs des larves consommées par les principales espèces de thon, cibles de la pêche hauturière. Chaque année, la valeur financière totale de la pêche dans les écosystèmes coralliens en Nouvelle-Calédonie est estimée entre 50 et 70 millions d’euros.

Le tourisme et les loisirs : 24 à 28 millions d’euros

• Les récifs par leur beauté et leur rareté sont une attraction touristique majeure. La plongée, les sorties d’observation sous-marine, les sorties en bateau ou encore la plaisance sont les usages qui génèrent une réelle valeur aux Outre-Mer. Chaque année, les activités touristiques rapportent 24 à 28 millions d’euros à l’économie locale de la néo-calédonienne et créent 2,4% des emplois salariés du territoire.

Le tourisme lié au récif génère ainsi jusqu’à 1.650 emplois directs.

Une part importante de la richesse générée provient également des dépenses directement liées aux activités touristiques, c’est à dire l’hébergement, l’alimentation et le transport grâce aux 80.000 à 100.000 touristes annuels. D’ailleurs depuis l’inscription des lagons sur la liste des biens naturels classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité, l’augmentation de l’activité touristique ne cesse d’accroître.

Les bio-prospections, la recherche et l’éducation : 3,5 à 8 millions d’euros

• Les organismes vivant dans les récifs sont souvent à l’origine de nouveaux médicaments, de compléments alimentaires ou encore de bases cosmétiques.

L’exploitation des nouvelles molécules valorisables induisent le versement de royalties et constitue ainsi une source de revenus pour les territoires d’Outre-Mer. Ce potentiel économique, pas encore exploité en Nouvelle-Calédonie, est estimé à 0,5 à 4,5 millions d’euros par an.

Enfin, un point d’honneur est mis pour la préservation de la biodiversité des écosystèmes coralliens afin de conserver tout le potentiel de découverte.

La protection du littoral : 115 à 220 millions d’euros

• Les écosystèmes coralliens participent à la préservation des littoraux. Véritables barrières naturelles, ils agissent comme des remparts contre les fortes houles océaniques et peuvent également atténuer l’impact des tsunamis. En réduisant l’ampleur des dégâts causés par ces phénomènes naturels, les récifs génèrent entre 115 et 220 millions d’euros d’économie chaque année en Nouvelle-Calédonie. Plus de 11.200 logements sont ainsi protégés chaque année.

La commune de Nouméa est la grande bénéficiaire de cette protection avec des économies pouvant atteindre 145 millions d’euros.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP