19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Les terres australes françaises, au coeur des enjeux majeurs du XXIe (...)

Les terres australes françaises, au coeur des enjeux majeurs du XXIe siècle

Dernière mise à jour le vendredi 2 novembre 2012

Article paru
sur le site "Libération" - xx octobre 2012
Visualiser l’article original


Les terres australes françaises, au coeur des enjeux majeurs du XXIe siècleChangement climatique, ressources halieutiques, hydrocarbures et minerais rares des abysses : les océans détiennent les clés d’enjeux majeurs du XXIe siècle, et la France dispose d’un atout avec une implantation sur tout le gradient de l’océan indien.

Les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) s’étendent des îles Eparses sous les tropiques à la Terre Adélie, en passant par les îles australes de Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam.

Les TAAF, ce sont finalement quelques confettis de terre qui donnent droit à beaucoup de mer, et "la mer sera le grand sujet du XXIe siècle", assure Vincent Bouvier, directeur général à l’outre-mer.

Les Zones économiques exclusives (ZEE) des îles subantarctiques et des Iles Eparses s’étendent respectivement sur 1.615.000 km2 et 735.300 km2 soit 23% des ZEE de la France, participant à donner au pays son second rang mondial derrière les Etats-Unis.

Convoitée d’abord pour ses capacités de pêche au thon, la ZEE des Eparses, dans le canal du Mozambique, est alléchante avec la découverte d’immenses champs gaziers et pétroliers, potentiellement exploitables, allant du sud du Kenya au Mozambique et englobant Madagascar et les Seychelles.

Des permis d’exploration pour du pétrole en eaux profondes ont déjà été octroyés en 2008 dans la ZEE de Juan de Nova (une des Eparses), qui arrivent à échéance en 2013.

Dans les grands fonds marins reposent aussi des nodules polymétalliques et amas sulfurés, qui connaissent "un regain d’intérêt" de la part des industries minières du monde entier, fait valoir Lionel Lemoine, de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer).

"Ces ressources minérales des grands fonds font l’objet d’une forte compétition. La Chine, l’Inde, la Corée ont des initiatives. Il y a des amas sulfurés dans l’océan indien", ajoute M. Lemoine.

Ces nodules et autres amas "abritent notamment des +terres rares+, ces dix-sept métaux essentiels aux technologies de pointe (télécommunications, armement, énergies renouvelables) au caractère stratégique", souligne la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la défense dans un rapport publié en juillet.

"Puits à carbone"

Même si environ 90% des ressources minières et halieutiques sont déjà dans les zones sous juridiction, les pays signataires de la convention de Montego Bay déposent des dossiers pour étendre leurs limites maritimes, signalent les sénateurs.

La France l’a fait dès 2009 pour îles Saint-Paul-et-Amsterdam, l’archipel de Crozet, les Iles Kerguelen et la Terre Adélie.

En attendant de savoir si ces minerais seront un jour exploités, elle surveille jalousement l’exploitation des très rentables légines et langoustes dans ses ZEE avec le concours des navires militaires. La zone a en effet été écumée dans les années 90 par des mafias de la pêche.

Dans le champ scientifique, l’installation de bases permanentes dès les années 50, au service d’abord de la météorologie, a placé la France "en position de leader de la recherche dans cette région du monde", se réjouit Yves Frénot, directeur de l’Institut Paul-Emile Victor (Ipev, coordonnateur de la recherche dans les TAAF).

Ainsi, les activités des observatoires s’inscrivent maintenant dans un maillage mondial. "Sur Amsterdam, les mesures de concentration de CO2 y sont effectuées depuis 1980. C’est la station la plus ancienne au monde après celle d’Hawaï et la seule dans l’Océan indien jusqu’à un ou deux ans", rappelle M. Frénot.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP