22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Les terres australes françaises, au coeur des enjeux majeurs du XXIe (...)

Les terres australes françaises, au coeur des enjeux majeurs du XXIe siècle

Dernière mise à jour le vendredi 2 novembre 2012

Article paru
sur le site "Libération" - xx octobre 2012
Visualiser l’article original


Les terres australes françaises, au coeur des enjeux majeurs du XXIe siècleChangement climatique, ressources halieutiques, hydrocarbures et minerais rares des abysses : les océans détiennent les clés d’enjeux majeurs du XXIe siècle, et la France dispose d’un atout avec une implantation sur tout le gradient de l’océan indien.

Les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) s’étendent des îles Eparses sous les tropiques à la Terre Adélie, en passant par les îles australes de Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam.

Les TAAF, ce sont finalement quelques confettis de terre qui donnent droit à beaucoup de mer, et "la mer sera le grand sujet du XXIe siècle", assure Vincent Bouvier, directeur général à l’outre-mer.

Les Zones économiques exclusives (ZEE) des îles subantarctiques et des Iles Eparses s’étendent respectivement sur 1.615.000 km2 et 735.300 km2 soit 23% des ZEE de la France, participant à donner au pays son second rang mondial derrière les Etats-Unis.

Convoitée d’abord pour ses capacités de pêche au thon, la ZEE des Eparses, dans le canal du Mozambique, est alléchante avec la découverte d’immenses champs gaziers et pétroliers, potentiellement exploitables, allant du sud du Kenya au Mozambique et englobant Madagascar et les Seychelles.

Des permis d’exploration pour du pétrole en eaux profondes ont déjà été octroyés en 2008 dans la ZEE de Juan de Nova (une des Eparses), qui arrivent à échéance en 2013.

Dans les grands fonds marins reposent aussi des nodules polymétalliques et amas sulfurés, qui connaissent "un regain d’intérêt" de la part des industries minières du monde entier, fait valoir Lionel Lemoine, de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer).

"Ces ressources minérales des grands fonds font l’objet d’une forte compétition. La Chine, l’Inde, la Corée ont des initiatives. Il y a des amas sulfurés dans l’océan indien", ajoute M. Lemoine.

Ces nodules et autres amas "abritent notamment des +terres rares+, ces dix-sept métaux essentiels aux technologies de pointe (télécommunications, armement, énergies renouvelables) au caractère stratégique", souligne la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la défense dans un rapport publié en juillet.

"Puits à carbone"

Même si environ 90% des ressources minières et halieutiques sont déjà dans les zones sous juridiction, les pays signataires de la convention de Montego Bay déposent des dossiers pour étendre leurs limites maritimes, signalent les sénateurs.

La France l’a fait dès 2009 pour îles Saint-Paul-et-Amsterdam, l’archipel de Crozet, les Iles Kerguelen et la Terre Adélie.

En attendant de savoir si ces minerais seront un jour exploités, elle surveille jalousement l’exploitation des très rentables légines et langoustes dans ses ZEE avec le concours des navires militaires. La zone a en effet été écumée dans les années 90 par des mafias de la pêche.

Dans le champ scientifique, l’installation de bases permanentes dès les années 50, au service d’abord de la météorologie, a placé la France "en position de leader de la recherche dans cette région du monde", se réjouit Yves Frénot, directeur de l’Institut Paul-Emile Victor (Ipev, coordonnateur de la recherche dans les TAAF).

Ainsi, les activités des observatoires s’inscrivent maintenant dans un maillage mondial. "Sur Amsterdam, les mesures de concentration de CO2 y sont effectuées depuis 1980. C’est la station la plus ancienne au monde après celle d’Hawaï et la seule dans l’Océan indien jusqu’à un ou deux ans", rappelle M. Frénot.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP