18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Les espèces > Algues > Maërl (algue rouge)

Maërl (algue rouge)

Liithothammium ou Phymatolithon calcareum

Dernière mise à jour le lundi 8 juillet 2013

Cette algue qui produit des concrétions calcaires se développe à raison de 1 à mm par an, produit du carbonate de calcium ainsi que du carbonate de magnésium.
Cette algue est, par ailleurs, extrêmement riche en oligoéléments.
La "ceinture dorée" de la Bretagne, zone légumière par excellence, utilise beaucoup de maërl.


maërl vivant en rose rouge
 calcification de maërl vivant

Nom usuel Maërl
Noms régionaux
Nom en anglais
Profondeur habituelle de -10 à -30 m
Taille maximale relevée
Durée de vie évaluée (moyenne)
Facteurs de régression Prélèvements
Réglementation de pêche licence professionnelle minière
Utilisations principales amendement des sols, système de filtration pour eau potable
Zones de pêche Bretagne
Etat de la ressource en régression

Mes remarques personnelles :

Le maërl est visible, comme ici, à l’état vivant à la suite d’un trait de pêche à la praire, ou le plus souvent à l’état mort (sur les quais de ports notamment) sous la forme d’un genre de sable calcaire grossier dont la couleur est alors blanchâtre et aggloméré à des débris de coquillages ou à des graviers.

En France le plus grand "gisement" se situe aux alentours des Glénan (la pousse moyenne annuelle est de l’ordre de 0,5 cm) mais il existe d’autres gisements, dont les bancs de Lospic et ceux de la Croix qui sont situés dans la baie de Paimpol (22).

Les bancs de maërl, véritable corail breton, sont très convoités.
Selon les statistiques, les extractions étaient :
- de d’ordre de 26 000 tonnes en 1950
- et auraient dépassé les 500 000 tonnes dans les année 80.

Les trois gisements cités ci-dessus sont exploités mais très encadrés :
- le grand gisement des Glénan reprend espoir depuis cet automne 2007 car les autorités préfectorales finistériennes ont décrété la cessation de toute exploitation de ce gisement à compter de 2011.

Écologiquement parlant, le maërl de Bretagne constitue un lieu privilégié d’alimentation pour les coquilles saint-jacques, les pétoncles, les palourdes, et l’endroit favori de broutage pour les bars et les lieux ; les ormeaux y nichent et les seiches y pondent !

- Une documentation intéressante sur le maërl

Il serait donc normal que les autorités de l’environnement se penchent davantage sur cette partie de la mer !


NDLR :
- Il semblerait que le secteur géographique des Glénan fasse l’objet d’une des mesures de protection récemment décidée dans le cadre de Natura 2000




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP