25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Maladie des tellines. Un parasite mystérieux

Maladie des tellines. Un parasite mystérieux

Dernière mise à jour le mercredi 15 mai 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 14 Mai 2013
Visualiser l’article original


Depuis l’apparition en 2010 d’une nouvelle maladie, la petite pêcherie de tellines du Finistère est déstabilisée. Nous avons interrogé un chercheur d’Ifremer sur l’origine de ce parasite dont l’apparition pose bien des questions.

Jeudi 2 mai, ils sont sept, à 14 h 30, alors que le sable se découvre peu à peu, à sortir leurs dragues à roulettes. Il fait beau. Le ciel se colore des voiles des kitesurfers. Les telliniers attaquent leur journée. Sans trop d’illusions. Dix, 20, 30 kg peut-être : l’objectif des quatre ou cinq heures de travail n’est pas gras. « De toute façon, en baie d’Audierne, il n’y a plus rien », commente l’un d’eux. Une maladie décime depuis deux ans les stocks de tellines, laissant désemparée et sur la paille la petite trentaine de professionnels finistériens.

Alertés en 2010

Tristan Renault, responsable de l’Unité Santé, génétique et microbiologie des Mollusques à la station d’Ifremer de La Tremblade, fait le point. « Nous avons été sollicités par les services de l’État pour des mortalités sur les flions (*) en baie d’Audierne et de Douarnenez, mais aussi à Quiberon et sur l’île d’Oléron dès 2010, puis en 2011, explique le chercheur. Les niveaux de mortalités étaient très importants, de 50 à 80 %. Suite aux analyses, nous avons mis en évidence un parasite protozoaire (formé juste d’une cellule), identifié comme appartenant à un groupe de mikrocytos que l’on connaît déjà chez certains coquillages dans le monde. Mais il n’était pas totalement identique à celui déjà décrit ailleurs. On pourrait être devant une espèce nouvellement décrite ». La seconde étape pour les scientifiques a été de voir s’il y avait une association entre ce parasite et les mortalités. « Il y a en effet une suspicion de cause à effet », dit Tristan Renault. « Les gisements sont touchés de manière très globale avec un effondrement des stocks, un très grand nombre d’individus atteints plutôt en fin de printemps. En 2011, en baie d’Audierne, il y a eu une mortalité importante en mai, puis ensuite une réduction de la mortalité et du taux de détection du virus, jusqu’à atteindre 0 % en juillet ».

Quelle origine ?

Restait à traquer l’origine du parasite. « Nous avons pu travailler sur la cause primaire de la mortalité, mais la compréhension de l’émergence de ce parasite spécifique à la telline est difficile ». « Nous avons comparé le parasite avec un autre connu au Canada et aux USA. Ce n’était pas le même. Donc l’origine n’est pas à chercher dans un transfert de coquillage ». On pense logiquement à une pollution. « Depuis des années, nous travaillons sur les interactions entre pollutions et sensibilité aux agents infectieux, ajoute Tristan Renault. Sur ce parasite, il n’y a pas de travaux réalisés, mais nous avons des travaux sur l’huître creuse. On a constaté qu’un contact préalable avec des pesticides rendait les animaux plus sensibles aux infections bactériennes en condition de laboratoire. Dans l’environnement, il est très complexe de définir et démêler les effets des différents paramètres : température, salinité, polluants... ».

Quelle évolution ?

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP