21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Malgré le feu vert européen, l’aquaculture française ne veut pas des farines (...)

Malgré le feu vert européen, l’aquaculture française ne veut pas des farines animales

Dernière mise à jour le dimanche 17 mars 2013

rticle paru
sur le site "FranceInfo" - 16 Mars 2013
Visualiser l’article original


Les farines animales ? "Nos consommateurs français n’en veulent pas, nous sommes donc contre leur réintroduction", assène Stéphane Dargelas, du groupe Aqualande, leader européen dans l’élevage et la transformation de la truite. Malgré l’autorisation par la Commission européenne de réintroduire des farines de porc et de volaille en Europe à partir du mois de juin pour l’alimentation des poissons d’élevage, pas question pour les aquaculteurs français de s’y mettre.

"Cette décision de Bruxelles fait du tort à notre professio", déplore Stéphane Dargelas, "car elle risque de créer la confusion dans l’esprit de certains consommateurs et de les détourner des rayons". Outre le scandale récent sur la traçabilité de la viande, les consommateurs français sont très à cheval quand on aborde la farine animale. Les souvenirs de la crise de la vache folle perdurent.

"La France est le seul pays européen où l’annonce de la réintroduction de farines animales dans l’élevage aquacole a suscité une telle campagne médiatique" hostile, reconnaît Arnault Chaperon, aquaculteur depuis 1977.
Mise en place d’un label certifiant la qualité

Pour y remédier, le Comité interprofessionnel des produits d’acquaculture (Cipa), opposé aux farines, propose une solution simple : la mise en place d’un étiquetage rapide et systématique des produits aquacoles certifiés par une charte de qualité qu’il vient de mettre en place.

Cette proposition va dans le même sens que la volonté gouvernementale. François Hollande avait annoncé en marge du Salon de l’agriculture que "la France n’introduirait pas ces protéines animales en ce qui la concerne". Et le gouvernement français, qui a déploré le feu vert bruxellois, souhaite aussi la mise en place d’un label précisant l’absence de farine animale.

"On n’a rien à cacher et on est fier de notre métier", assure le président du Cipa, Marc Lamothe
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP