18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Malgré le feu vert européen, l’aquaculture française ne veut pas des farines (...)

Malgré le feu vert européen, l’aquaculture française ne veut pas des farines animales

Dernière mise à jour le dimanche 17 mars 2013

rticle paru
sur le site "FranceInfo" - 16 Mars 2013
Visualiser l’article original


Les farines animales ? "Nos consommateurs français n’en veulent pas, nous sommes donc contre leur réintroduction", assène Stéphane Dargelas, du groupe Aqualande, leader européen dans l’élevage et la transformation de la truite. Malgré l’autorisation par la Commission européenne de réintroduire des farines de porc et de volaille en Europe à partir du mois de juin pour l’alimentation des poissons d’élevage, pas question pour les aquaculteurs français de s’y mettre.

"Cette décision de Bruxelles fait du tort à notre professio", déplore Stéphane Dargelas, "car elle risque de créer la confusion dans l’esprit de certains consommateurs et de les détourner des rayons". Outre le scandale récent sur la traçabilité de la viande, les consommateurs français sont très à cheval quand on aborde la farine animale. Les souvenirs de la crise de la vache folle perdurent.

"La France est le seul pays européen où l’annonce de la réintroduction de farines animales dans l’élevage aquacole a suscité une telle campagne médiatique" hostile, reconnaît Arnault Chaperon, aquaculteur depuis 1977.
Mise en place d’un label certifiant la qualité

Pour y remédier, le Comité interprofessionnel des produits d’acquaculture (Cipa), opposé aux farines, propose une solution simple : la mise en place d’un étiquetage rapide et systématique des produits aquacoles certifiés par une charte de qualité qu’il vient de mettre en place.

Cette proposition va dans le même sens que la volonté gouvernementale. François Hollande avait annoncé en marge du Salon de l’agriculture que "la France n’introduirait pas ces protéines animales en ce qui la concerne". Et le gouvernement français, qui a déploré le feu vert bruxellois, souhaite aussi la mise en place d’un label précisant l’absence de farine animale.

"On n’a rien à cacher et on est fier de notre métier", assure le président du Cipa, Marc Lamothe
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP