22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Manche. Le gros mauvais temps fait tanguer la pêche

Manche. Le gros mauvais temps fait tanguer la pêche

Dernière mise à jour le vendredi 14 février 2014

Article paru
sur le site "OuestFrance-Entreprises" - 12 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



À Granville, les marins-pêcheurs sont habitués à vivre des débuts d’année marqués par des coups de vent. Sous la halle à marée, les apports enregistrés en janvier 2014 ont atteint 520 tonnes toutes espèces confondues, contre 570 tonnes à la même période en 2013. « On sait qu’après les fêtes c’est toujours compliqué. On rencontre souvent du mauvais temps en janvier et février ; de plus, la demande diminue à cette période. Mais ce mois de janvier a été difficile, particulièrement en fin de mois. On a raté quelques marées, les cours n’ont pas été au rendez-vous », confie Pascal Delacourl à la barre du Chant des sirènes. Même sentiment à bord du Stenaca, le chalutier de Raphaël Chayla qui pêche la coquille et la praire « Ce fut un mois de janvier très chahuté. On a loupé une à deux marées par semaine. On a effectué des marées dans des conditions souvent difficiles, avec beaucoup de mer. Et nos produits ne se vendent pas bien. Les 15 premiers jours de janvier ont connu des prix de vente catastrophiques pour la coquille Saint-Jacques. Déjà au moment des fêtes de fin d’années, ça ne se vendait pas bien. Quand on voit les prix pratiqués à Rungis, on peut se poser des questions ! ».
À Saint-Vaast, le large abandonné

À Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue, ce n’est pas le sourire non plus. « Les tempêtes à répétition nous ont cloués au port plus de 15 jours en janvier. C’est un manque à gagner énorme. Avec nos petits bateaux, il faut rester prudent car c’est la mer qui commande. »

Du côté des coquillards, si quelques unités ont réussi à assurer un minimum de marées, ce n’est pas le cas des navires de taille moyenne. « À cause des tempêtes et des conditions de mer difficiles, nous avons dû abandonner la pêche sur certains gisements de coquilles saint-jacques situés au large. Nous nous sommes rapprochés des côtes du Calvados, plus à l’abri des vents de sud et d’ouest. Nous avons du mal à réaliser nos quotas journaliers de pêches », insistent des patrons sur le quai saint-vaastais. Un constat qui n’arrange pas les matelots, payés à la part sur les armements. « Notre salaire mensuel dépend de ce que nous avons pêché. Avec 5 à 6 jours de pêche dans le mois, c’est simple à calculer. Le salaire sera dérisoire. »
Cherbourg : les apports résistent

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP