13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Manche. Le gros mauvais temps fait tanguer la pêche

Manche. Le gros mauvais temps fait tanguer la pêche

Dernière mise à jour le vendredi 14 février 2014

Article paru
sur le site "OuestFrance-Entreprises" - 12 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



À Granville, les marins-pêcheurs sont habitués à vivre des débuts d’année marqués par des coups de vent. Sous la halle à marée, les apports enregistrés en janvier 2014 ont atteint 520 tonnes toutes espèces confondues, contre 570 tonnes à la même période en 2013. « On sait qu’après les fêtes c’est toujours compliqué. On rencontre souvent du mauvais temps en janvier et février ; de plus, la demande diminue à cette période. Mais ce mois de janvier a été difficile, particulièrement en fin de mois. On a raté quelques marées, les cours n’ont pas été au rendez-vous », confie Pascal Delacourl à la barre du Chant des sirènes. Même sentiment à bord du Stenaca, le chalutier de Raphaël Chayla qui pêche la coquille et la praire « Ce fut un mois de janvier très chahuté. On a loupé une à deux marées par semaine. On a effectué des marées dans des conditions souvent difficiles, avec beaucoup de mer. Et nos produits ne se vendent pas bien. Les 15 premiers jours de janvier ont connu des prix de vente catastrophiques pour la coquille Saint-Jacques. Déjà au moment des fêtes de fin d’années, ça ne se vendait pas bien. Quand on voit les prix pratiqués à Rungis, on peut se poser des questions ! ».
À Saint-Vaast, le large abandonné

À Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue, ce n’est pas le sourire non plus. « Les tempêtes à répétition nous ont cloués au port plus de 15 jours en janvier. C’est un manque à gagner énorme. Avec nos petits bateaux, il faut rester prudent car c’est la mer qui commande. »

Du côté des coquillards, si quelques unités ont réussi à assurer un minimum de marées, ce n’est pas le cas des navires de taille moyenne. « À cause des tempêtes et des conditions de mer difficiles, nous avons dû abandonner la pêche sur certains gisements de coquilles saint-jacques situés au large. Nous nous sommes rapprochés des côtes du Calvados, plus à l’abri des vents de sud et d’ouest. Nous avons du mal à réaliser nos quotas journaliers de pêches », insistent des patrons sur le quai saint-vaastais. Un constat qui n’arrange pas les matelots, payés à la part sur les armements. « Notre salaire mensuel dépend de ce que nous avons pêché. Avec 5 à 6 jours de pêche dans le mois, c’est simple à calculer. Le salaire sera dérisoire. »
Cherbourg : les apports résistent

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP