18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Manche. Le gros mauvais temps fait tanguer la pêche

Manche. Le gros mauvais temps fait tanguer la pêche

Dernière mise à jour le vendredi 14 février 2014

Article paru
sur le site "OuestFrance-Entreprises" - 12 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



À Granville, les marins-pêcheurs sont habitués à vivre des débuts d’année marqués par des coups de vent. Sous la halle à marée, les apports enregistrés en janvier 2014 ont atteint 520 tonnes toutes espèces confondues, contre 570 tonnes à la même période en 2013. « On sait qu’après les fêtes c’est toujours compliqué. On rencontre souvent du mauvais temps en janvier et février ; de plus, la demande diminue à cette période. Mais ce mois de janvier a été difficile, particulièrement en fin de mois. On a raté quelques marées, les cours n’ont pas été au rendez-vous », confie Pascal Delacourl à la barre du Chant des sirènes. Même sentiment à bord du Stenaca, le chalutier de Raphaël Chayla qui pêche la coquille et la praire « Ce fut un mois de janvier très chahuté. On a loupé une à deux marées par semaine. On a effectué des marées dans des conditions souvent difficiles, avec beaucoup de mer. Et nos produits ne se vendent pas bien. Les 15 premiers jours de janvier ont connu des prix de vente catastrophiques pour la coquille Saint-Jacques. Déjà au moment des fêtes de fin d’années, ça ne se vendait pas bien. Quand on voit les prix pratiqués à Rungis, on peut se poser des questions ! ».
À Saint-Vaast, le large abandonné

À Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue, ce n’est pas le sourire non plus. « Les tempêtes à répétition nous ont cloués au port plus de 15 jours en janvier. C’est un manque à gagner énorme. Avec nos petits bateaux, il faut rester prudent car c’est la mer qui commande. »

Du côté des coquillards, si quelques unités ont réussi à assurer un minimum de marées, ce n’est pas le cas des navires de taille moyenne. « À cause des tempêtes et des conditions de mer difficiles, nous avons dû abandonner la pêche sur certains gisements de coquilles saint-jacques situés au large. Nous nous sommes rapprochés des côtes du Calvados, plus à l’abri des vents de sud et d’ouest. Nous avons du mal à réaliser nos quotas journaliers de pêches », insistent des patrons sur le quai saint-vaastais. Un constat qui n’arrange pas les matelots, payés à la part sur les armements. « Notre salaire mensuel dépend de ce que nous avons pêché. Avec 5 à 6 jours de pêche dans le mois, c’est simple à calculer. Le salaire sera dérisoire. »
Cherbourg : les apports résistent

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP