23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Manche. Quand le poisson déserte les côtes

Manche. Quand le poisson déserte les côtes

Dernière mise à jour le vendredi 7 octobre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 06 Octobre 2016
Visualiser l’article original


Le poisson aurait-il délaissé les côtes de la baie de Morlaix ? C’est ce que constatent depuis plusieurs années les plaisanciers alors que, depuis janvier, la pêche au bar fait l’objet d’une réglementation draconienne.
Les professionnels, quant à eux, s’adaptent, en multipliant les licences de pêche.

« C’est une catastrophe. Il n’y a plus de poisson ». En quelques mots, Jean-Pierre, pêcheur depuis près de 50 ans à la pointe de Beg-an-Fry, résume le ressenti des plaisanciers en baie de Morlaix. « On constate cela depuis cinq ou six ans. Mais, cette année, la chute est vertigineuse », confirment Philippe et Max, qui sortent en mer depuis 25 ans. Le constat est simple : du maquereau, du lieu, de la dorade, de la roussette ou encore de la sole, il y en a mais beaucoup moins.
Quant au bar, c’est bien simple, « il n’y en a quasi plus ». « À l’époque, sur une saison, nous en prenions une bonne soixantaine, se souviennent Philippe et Max. Cette année, on les compte sur les doigts d’une main ».

Réglementation stricte

La situation est telle que l’Europe a limité, cette année, la pêche au bar de façon drastique. Au nord du 48e parallèle (pointe du Raz), les professionnels ont interdiction de le pêcher pendant deux à six mois (selon le type de pêche), entre le 1er janvier et le 30 juin, pendant la période de reproduction.

Pour les plaisanciers, la pêche est interdite les six premiers mois de l’année. Du 1er juillet au 31 décembre, il n’est autorisé qu’un seul bar par jour et par pêcheur. La taille de pêche est passée de 36 cm à 42 cm.

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP