22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Actualités de la mer > Manche et Mer du Nord 400 traits et une inquiètude !

Manche et Mer du Nord 400 traits et une inquiètude !

Dernière mise à jour le mardi 23 février 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 22 Février 2016
Visualiser l’article original


Partis de Brest le 19 janvier, 23 scientifiques de l’Ifremer ont "recensé" les poissons de Manche orientale/Mer du Nord. Objectif : calculer l’indice d’abondance des principales espèces de poissons qui y vivent. En Manche, les chiffres témoignent cette année encore d’une "surexploitation".

La campagne -dite IBTS et menée de concert par six pays de l’Union- s’est terminée ce vendredi, à Boulogne-sur-Mer.

La zone Manche orientale/Mer du Nord a été bien quadrillée. Au cours de 75 chalutages, 9.800 poissons ont été remontés. Les larves ont, quant à elles, été collectées de nuit, puis mesurées et comptées. Les résultats varient selon les espèces, relate La Voix du Nord.

Le merlan, « qui remonte légèrement », se situe surtout à l’ouest de la zone étudiée.
Le cabillaud, « un peu partout, mais en faible quantité ».
Le hareng, dont le stock se réduit, est présent à l’est.
L’églefin a été repéré « en quantité très faible ».

Les scientifiques associent à leurs recherches en mer les données de débarquement des professionnels. Le stock peut être considéré en sécurité biologique, en risque d’effondrement ou en danger.

/...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP