19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Accastillage textile. L’idée qui prend le large

Accastillage textile. L’idée qui prend le large

Dernière mise à jour le mardi 3 avril 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 30 Mars 2018
Visualiser l’article original


Difficile d’imaginer devant son modeste bâtiment d’une zone artisanale de Sarzeau (56) que Nodus Factory vient de lever 400.000 € en deux heures. Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’innovation, voire « la révolution industrielle » pour son inventeur.

« Ce n’est pas compliqué d’inventer : toute personne sensible a de bonnes idées. Le plus dur est de commercialiser », explique Yves Laurant. L’architecte belge, issu d’une famille syndicaliste et militante, a toujours eu le goût de l’innovation.

Dès 1986, la qualité environnementale des bâtiments était au coeur de ses préoccupations. « Mon bureau d’études était une sorte de laboratoire. » Cette inventivité le poursuit dans ses loisirs. Passionné de bateau, de deltaplane, d’escalade... il réfléchit à y améliorer la sécurité en éliminant les mousquetons ou manilles et surtout les noeuds qui réduisent de moitié la résistance des cordages.
Une industrie relocalisée

« À 55 ans, j’ai eu envie de faire autre chose, de faire une entreprise autrement. » Et ailleurs. Ses pérégrinations sur le littoral français l’amènent dans le golfe du Morbihan. « J’étais dans l’idée de m’isoler sur une île... » Il choisit finalement Sarzeau, pour une aventure humaine fourmillante.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP