15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition
Accueil > Actualités de la mer > Marées. La côte se fait une beauté

Marées. La côte se fait une beauté

Dernière mise à jour le jeudi 19 mars 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 18 Mars 2015
Visualiser l’article original



Marées. La côte se fait une beauté 18 mars 2015 à 09h03 / Hervé Queillé / Ce week-end, le spectacle sera grandiose sur les côtes bretonnes. Où aller pour profiter des merveilles et splendeurs offertes par la « marée du siècle » ? Les sites sont innombrables et ont tous leur charme. Voici néanmoins quelques « spots » remarquables et incontournables.
Côtes-d’Armor Insolite : le sillon de Talbert. Cette énorme langue de sable et de galets qui serpente dans la mer sur 3,2 km ne révèle jamais autant ses richesses que lors des très grandes marées.
Et si on peut le contourner et l’observer de très loin à marée basse, c’est à marée haute, à son extrémité, qu’on en mesure réellement la fragilité malgré la grande sérénité que l’on ressent, face à l’île de Bréhat, seul, ou presque, avec les mouettes. Jeu de piste aussi entre les rochers extraordinaires de Plougrescant, qui ont bien souvent servi de cadre aux campagnes de promotion de la Bretagne. Il ne faudrait pas oublier, pour autant, Bugueles (Penvénan), à quelques encablures.
Difficile de résister aux charmes de cet espace lunaire : un dédale de multiples petits îlots dans lequel il est facile de se perdre.
Attention à l’heure de la marée !
Finistère Comment ne pas ressentir l’envie de peindre - ou de faire de la belle photo - dans le pays pagan, entre Brignogan et Kerlouan ? De figer cet unique et incroyable ballet de lumière qui semble taquiner à plaisir les cathédrales et chapelets de roches qui, comme par miracle, se dévoilent lorsque la mer accepte de leur laisser la vedette, l’espace de quelques heures. L’occasion pour les habitués de découvrir un nouveau paysage mais aussi un piège terrible pour les infortunés naviga teurs.
Beauté sauvage.... En rade de Brest... des bateaux, des coquilles Saint-Jacques, mais aussi des parcs à huîtres que l’on peut observer à marée basse à l’embouchure de la rivière de Daoulas. Concours de vagues sur la route de la plage de Postolonnec, à Crozon ? Tout dépendra du vent et de la houle. Les photographes sont légion d’ordinaire. Mais, là encore, la prudence est de règle. Géant, les Glénan ! En général, les amoureux des Glénan ne tarissent pas d’éloge sur ce petit paradis terrestre personnifié. Mais tous les superlatifs sont dépassés à juste titre - lors des marées à fort coefficient. C’est un tout autre univers qui apparaît alors au grand jour, comme par magie : deux fois plus de surface, à dévorer des yeux pendant ces rares instants où la mer tire le rideau. Sous le sable... il y a eu, paraît-il, des pavés. Mais, sur la plage des Sables Blancs, quand la mer se retire, on y trouve les restes d’une forêt fossilisée : de la tourbe et des éléments de troncs couchés. Un voyage étonnant dans le temps...
Morbihan Du « fun » à l’Ile de Berder. C’est l’endroit où, dans le golfe du Morbihan, le courant est le plus fort. Les bateaux y passent à une vitesse hallucinante. Sensations fortes, aussi, dans la ria d’Etel où, non seulement, on peut admirer de gros bancs de sable à marée basse, mais aussi la puissance du courant au pont Loroit.
Ille-et-Vilaine Le Mont-Saint-Michel fait son show, vendredi et samedi de 20 h à 23 h avec une mise en lumière éphémère pour fêter son insularité retrouvée lors des marées. Mais tout le fond de baie mérite le détour, de Cancale à Cherrueix, pour savourer l’immensité de paysages désertés par la mer.
Les vagues à l’assaut de Saint-Malo : lors des grandes marées, la digue du Sillon est souvent assaillie par des vagues qui peuvent passer au-dessus des maisons. Ce n’est pas un hasard si tous les hôtels de la région affichent complet depuis plusieurs semaines.
L’occasion de découvrir ou de redécouvrir la robuste cité corsaire et ses fiers remparts qui semblent pourtant fragiles sous l’assaut de la mer.
En complément « La pêche, ce n’est pas pour faire le plein »

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP