15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Marées vertes en Bretagne : Les causes et les remèdes

Marées vertes en Bretagne : Les causes et les remèdes

Dernière mise à jour le vendredi 2 août 2013

Article paru
sur le site "L’ifremer en vidéo" - Juillet 2013
Visualiser l’article original


Depuis 40 ans, un nombre croissant de plages et d’anses de la côte bretonne sont envahies du printemps à l’automne par une prolifération d’algues vertes. Ce cas typique d’enrichissement excessif, appelé eutrophisation, a été étudié par l’Ifremer et le CEVA en baies de Saint-Brieuc, de Lannion, de Douarnenez, de la Forêt-Fouesnant et en Rade de Brest. Il a pu être expliqué par la conjonction de deux conditions naturelles et d’un facteur résultant de l’activité humaine :
1/ l’existence d’une masse d’eau côtière de faible profondeur et peu turbide sur une large étendue (par exemple, une plage à faible pente)
2/ un confinement hydrodynamique de cette masse d’eau côtière.
3/ l’arrivée d’un flux significatif d’azote terrigène.
Seul le troisième facteur a beaucoup évolué durant le dernier demi-siècle, en raison du décuplement des concentrations en nitrate des rivières bretonnes causé par le lessivage de terres agricoles sur-fertilisées. Dans les sites naturellement confinés, les mesures de biomasse estivale sur le terrain ont montré une bonne corrélation avec les apports printaniers et estivaux de nitrate par les rivières (année sèche 2003 peu favorable aux marées vertes, année 2007 à été pluvieux ayant généré des marées vertes exceptionnelles en automne). Comme il n’est pas envisageable de diminuer le confinement naturel des baies bretonnes, ni d’en augmenter durablement la turbidité, seul reste le levier des apports terrigènes d’azote. Les modèles mathématiques de l’Ifremer et du CEVA montrent que la seule manière de diminuer la biomasse d’ulves sur les plages est de réduire les apports de nitrate d’origine agricole. Dans les sites les plus sensibles, il faudrait pour cela ramener la concentration en nitrate dans les rivières de 30 mg/L à moins de 10 mg/L, ce qui constitue un véritable défi pour la société. Au début du 20ème siècle, cette concentration ne devait pas dépasser quelques mg/L. Le plan gouvernemental de lutte contre les marées vertes a repris ces objectifs dans les chartes en cours de signature sur les 8 bassins versants générateurs des principales marées vertes._ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP