22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Méduse littorale

Méduse littorale

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013

Les études scientifiques sont de plus en plus nombreuses sur le sujet, en Europe comme dans le reste du monde et notamment dans les pays asiatiques.



Les méduses littorales

La prolifération des méduses sur toutes les mers du monde ne manque pas d’étonner et aussi d’inquiéter les responsables des stations estivales, des instituts de recherche et de contrôle de la ressource halieutique !

Les méduses et les hommes :

- de tout temps les méduses ont posé problème aux humains ! Mais le réchauffement climatique, la destruction des prédateurs, et l’augmentation saisonnière des planctons verts ont augmenté les risques !

- le thon rouge, par exemple, était un gros consommateur de méduses, de même que les tortues marines (dont c’était la nourriture principale), mais l’une et l’autre espèces ont été décimées par la sur-pêche et nos rejets de sacs plastiques, notamment pour la tortue qui, justement dans l’eau, prend les sacs plastiques pour des méduses et s’en étouffe ...

- plusieurs communes de Méditerranée, par exemple, doivent protéger leurs baigneurs contre les méduses à l’aide d’immenses filets !

- les usines de désalinisation sont obligées de mettre des dégrilleurs sur les crépines de pompe !

- les pêcheurs peuvent rompre leurs filets à cause des milliers de méduses prises en même temps que les poissons !

- l’échouage de milliers de méduses sur les côtes crée aussi une pollution naturelle provoquant des odeurs nauséabondes et des milliers de tonnes de déchets à traiter !

Un certain nombre de considérations sont communes à l’ensemble des espèces de méduses :

- les pollutions entrainant des raréfactions de l’oxygène dans l’eau augmentent le développement des méduses !

- ainsi les zones réputées mortes (sans poissons, sans algues) se remplissent de méduses qui consomment le reste de l’oxygène dissout !

- d’autres constatations étranges inquiètent aussi : les méduses en état de stress libèrent leurs oeufs ou leurs spermatozoïdes suivant le sexe !

- ainsi lorsque, à l’aide de filets, on essaie de débarrasser les eaux côtières des millions de méduses, on déclenche sans le savoir leur reproduction ...

- dans le même temps, on apprend que les oeufs fécondés peuvent rester viables durant 2 ans, voire 10, en l’attente de conditions favorables !

- l’augmentation d’un 1/2 degré de la température des océans peut aussi enclencher le cycle de la reproduction de toutes les sortes de méduses, terrifiant n’est ce pas ?

- d’autre part, il est confirmé que les prédateurs potentiels, tortues et requins en grande diminution, ne permettent plus non plus de modérer les stocks en constitution, rendant par là même l’alimentation des espèces prédatrices difficiles !

L’espace naturel ayant toujours été en juste équilibre, nous pouvons encore une fois mesurer l’inconséquence des dérèglements que créent les humains sur la planète !

Habitudes alimentaires des méduses :

- les méduses se nourrissent dans leur milieu ambiant d’animalcules et de plantes microscopiques que leur venin tue d’abord et qu’elles avalent ensuite.

- on peut penser que l’augmentation saisonnière de planctons verts (augmentation due notamment à nos rejets de phosphates et d’azote) entrainerait la venue des méduses qui peuvent ainsi s’en goinfrer ... mais ce n’est qu’une des hypothèses des travaux entrepris sur les méduses, dont nous ne connaissons encore que bien peu de choses.


méduse janvier 2011 Finistère

Les méduses de ce genre n’aiment pas les eaux profondes et se complaisent sur le littoral.

Les dérèglements dus au réchauffement climatique et la disparition de bon nombre de prédateurs, dont le thon rouge et les tortues, créent des conditions favorables à une explosion démographique de toutes sortes de méduses !


La méduse rayonnée (Chrysaora hysoscella)

Méduse Rayonnée - Chrysaora hysoscella

- cette méduse ressemble à une ombrelle semi-sphérique d’une trentaine de centimètres de diamètre, pouvant atteindre jusqu’à 65 cm.
- elle est habituellement présente en mer Baltique, mer du Nord, Manche, Atlantique, et Méditerranée.


Méduses - Océanopolis à Brest (29) - 2009



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP