18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Méduses : l’invasion 2013 a commencé

Méduses : l’invasion 2013 a commencé

Dernière mise à jour le jeudi 11 juillet 2013

Article paru
sur le site "Le Figaro Nautisme" - 10 Juillet 2013
Visualiser l’article original


Pour le malheur des baigneurs et le bonheur des biologistes, l’année 2013 s’annonce riche en méduses et notamment en Pelagia noctiluca, l’espèce la plus urticante sur nos côtes. On en trouve en Atlantique comme en Méditerranée mais ce sont sur les plages de cette dernière qu’elles sont les plus nombreuses. Ce mercredi, les méduses ont été repérées au cap d’Ail et sur la côte entre Cagnes-sur-Mer et Antibes, mais aussi à Ramatuelle, au Cap Nègre ou à Cassis, sachant que les plages sont de plus en plus équipées de filets. « Nous sommes effectivement bien partis pour en avoir beaucoup cet été, confirme la biologiste Delphine Thibault-Botha, de l’institut méditerranéen d’océanologie. Comme en 2009, une forte année pour les méduses, nous avons eu un printemps humide. Il était même pire en 2009. Est-ce que cela veut dire qu’il y aura plus de Pelagia cette année ? » Les Pelagia noctiluca se reproduisent lorsqu’elles sont en situation de stress et les scientifiques cherchent à comprendre si une différence de salinité, due à de fortes pluies, pourrait déclencher le phénomène de reproduction. C’est un grand tourbillon, entre la Corse et la Côte d’Azur, qui abrite leur zone de reproduction principale, puis elles sont entraînées par le courant du nord ou liguro-provençal, qui va de l’Italie à l’Espagne. Au final, c’est l’action de différents petits courants vers la côte qui jouera sur leur présence sur nos plages.

« Les méduses sont des animaux qui vivent au large, rappelle la biologiste. En effet, ces gélatineux ont besoin de descendre à 300/400 mètres de profondeur en journée et ils ne remontent que la nuit. Donc si les méduses arrivent sur nos plages c’est qu’elles ont quitté leur habitat classique, entrainées par des petits courants qui les ramènent à la côte. Elles sont incapables de lutter. Quand les méduses arrivent, elles sont fatiguées et meurent rapidement. » Juste le temps pour elles de piquer les baigneurs ! « Toutes les méduses ont du venin car il leur sert à anesthésier leurs proies, rappelle Delphine Thibault-Botha. Même les gros globes blanchâtres qu’on retrouve sur les plages bretonnes. Mais l’homme n’est pas sensible à tous les venins. »

La pollution ne les fait pas fuir
Difficile de savoir si les méduses sont plus nombreuses ces dernières années sur nos côtes, faute de pouvoir les recenser. On peut toutefois se référer au chiffres des pompiers qui ont consacré la moitié de leurs 10.000 interventions aux piqûres en 2011, dans les Alpes-Maritimes. Cependant, il est certain que la surpêche agit sur leur nombre en raréfiant leurs prédateurs comme les thons ou les saumons. « Quant à la pollution, je crois que nous prenons le problème à l’envers, précise Delphine Thibault-Botha. Ce qui est certain c’est qu’elles tolèrent la pollution au contraire des poissons, par exemple. » Et comme elles ne se déplacent qu’à la verticale, des profondeurs vers la surface, les méduses ne peuvent pas quitter les zones de pollution. « On va donc avoir l’impression qu’elles aiment la pollution car il n’y aura pour ainsi dire plus qu’elles. »

Lire l’arti_cle complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP