20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)
Accueil > Actualités de la mer > Méduses : l’invasion 2013 a commencé

Méduses : l’invasion 2013 a commencé

Dernière mise à jour le jeudi 11 juillet 2013

Article paru
sur le site "Le Figaro Nautisme" - 10 Juillet 2013
Visualiser l’article original


Pour le malheur des baigneurs et le bonheur des biologistes, l’année 2013 s’annonce riche en méduses et notamment en Pelagia noctiluca, l’espèce la plus urticante sur nos côtes. On en trouve en Atlantique comme en Méditerranée mais ce sont sur les plages de cette dernière qu’elles sont les plus nombreuses. Ce mercredi, les méduses ont été repérées au cap d’Ail et sur la côte entre Cagnes-sur-Mer et Antibes, mais aussi à Ramatuelle, au Cap Nègre ou à Cassis, sachant que les plages sont de plus en plus équipées de filets. « Nous sommes effectivement bien partis pour en avoir beaucoup cet été, confirme la biologiste Delphine Thibault-Botha, de l’institut méditerranéen d’océanologie. Comme en 2009, une forte année pour les méduses, nous avons eu un printemps humide. Il était même pire en 2009. Est-ce que cela veut dire qu’il y aura plus de Pelagia cette année ? » Les Pelagia noctiluca se reproduisent lorsqu’elles sont en situation de stress et les scientifiques cherchent à comprendre si une différence de salinité, due à de fortes pluies, pourrait déclencher le phénomène de reproduction. C’est un grand tourbillon, entre la Corse et la Côte d’Azur, qui abrite leur zone de reproduction principale, puis elles sont entraînées par le courant du nord ou liguro-provençal, qui va de l’Italie à l’Espagne. Au final, c’est l’action de différents petits courants vers la côte qui jouera sur leur présence sur nos plages.

« Les méduses sont des animaux qui vivent au large, rappelle la biologiste. En effet, ces gélatineux ont besoin de descendre à 300/400 mètres de profondeur en journée et ils ne remontent que la nuit. Donc si les méduses arrivent sur nos plages c’est qu’elles ont quitté leur habitat classique, entrainées par des petits courants qui les ramènent à la côte. Elles sont incapables de lutter. Quand les méduses arrivent, elles sont fatiguées et meurent rapidement. » Juste le temps pour elles de piquer les baigneurs ! « Toutes les méduses ont du venin car il leur sert à anesthésier leurs proies, rappelle Delphine Thibault-Botha. Même les gros globes blanchâtres qu’on retrouve sur les plages bretonnes. Mais l’homme n’est pas sensible à tous les venins. »

La pollution ne les fait pas fuir
Difficile de savoir si les méduses sont plus nombreuses ces dernières années sur nos côtes, faute de pouvoir les recenser. On peut toutefois se référer au chiffres des pompiers qui ont consacré la moitié de leurs 10.000 interventions aux piqûres en 2011, dans les Alpes-Maritimes. Cependant, il est certain que la surpêche agit sur leur nombre en raréfiant leurs prédateurs comme les thons ou les saumons. « Quant à la pollution, je crois que nous prenons le problème à l’envers, précise Delphine Thibault-Botha. Ce qui est certain c’est qu’elles tolèrent la pollution au contraire des poissons, par exemple. » Et comme elles ne se déplacent qu’à la verticale, des profondeurs vers la surface, les méduses ne peuvent pas quitter les zones de pollution. « On va donc avoir l’impression qu’elles aiment la pollution car il n’y aura pour ainsi dire plus qu’elles. »

Lire l’arti_cle complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP