23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé

Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé

Dernière mise à jour le mardi 28 février 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 24 Février 2017
Visualiser l’article original


Quelles sont les particularités de ce curieux multicoque à deux mâts baptisé Gwalaz
 ?
Mis a l’eau en 2013, le Gwalaz est le plus vieux bateau construit en matériaux composites issus de fibres végétales.
Ce bateau est le fruit d’une collaboration avec le chantier Tricat dans le Morbihan. Depuis plusieurs années, le soutien de l’Université de Bretagne Sud avait permis de valider le remplacement des composites classiques par des matériaux biosourcés. La Région Bretagne à permis le financement de ce prototype unique, dans le cadre de son aide à l’éco-innovation.
Ce bateau est un « démonstrateur ». Car, comme il navigue régulièrement, c’est, pour nous, une plateforme de test de vieillissement pour ces matériaux composites écoconçus.
Cela nous permet de mesurer, en pratique, le vieillissement de ces nouveaux matériaux. Par exemple, le nouveau bac du Passage utilise des matériaux mis au point grâce à Gwalaz.
Avec ce petit voilier écoconçu, nous mesurons le vieillissement théorique calculé par les chercheurs d’Ifremer avec lesquels nous collaborons.

Pourquoi deux mâts ?

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP