18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Mer. L’écouter pour mieux la protéger

Mer. L’écouter pour mieux la protéger

Dernière mise à jour le vendredi 11 octobre 2013

Article paru
sur le site "Le Telegramme" - 09 octobre 2013
Visualiser l’article original



ls installent des enregistreurs de sons sous l’eau pour mieux connaître le milieu marin et mesurer l’impact des activités humaines. Avec le développement des énergies renouvelables en mer, le sujet est d’actualité.

La chaire d’excellence industrielle Chorus rassemble des chercheurs de Brest et de Grenoble (*), capables de déchiffrer la densité et la nature des sons collectés à l’aide de capteurs de dernière génération. Les progrès de ces capteurs capables d’engranger des données sur de longues périodes (jusqu’à un an) permettent aujourd’hui de cartographier plus précisément les paysages sonores des zones sous-marines. Ces cartographies évoluent-elles au voisinage d’une activité humaine impactante ? Quelles peuvent être les interactions possibles ? Ces travaux intéressent de près les industriels chargés de l’implantation des hydroliennes et éoliennes en mer. La législation qui ne cesse d’évoluer en la matière exige une prise en compte de l’impact de leur activité dans le milieu.

Capteurs en rade de Brest

« Mais encore faut-il avoir une connaissance minimum du milieu, avant d’implanter ces machines, et disposer des outils et des modèles qui permettent de mesurer après coup cet impact », remarque Marc Boeuf, de France Energies marines. Trouver les outils et maîtriser l’analyse des données : c’est précisément ce à quoi travaillent les chercheurs de Chorus, qui multiplient leurs expérimentations au sein du parc marin et dans la rade de Brest. Ces dernières semaines, ils ont installé des capteurs dans deux zones de dragage de la rade, l’un bien travaillé et presque vierge et l’autre bien plus fourni en êtres vivants posés sur le maërl. Les enregistrements ont parfaitement mis en évidence que la zone la moins impactée était la plus « bavarde » et ont clairement mis en corrélation la densité de population sous-marine et le bruit de fond enregistré pendant plusieurs jours. Leurs écoutes sur le long terme, autour de l’île de Béniguet, ont également clairement mis en évidence une plus grande activité des animaux marins la nuit plutôt que le jour, avec des pics au lever et au coucher du soleil. Autant d’observations objectives qui ont profité aux spécialistes du parc marin d’Iroise.

Industriels intéressés

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP