17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres
Accueil > Actualités de la mer > Mer. L’écouter pour mieux la protéger

Mer. L’écouter pour mieux la protéger

Dernière mise à jour le vendredi 11 octobre 2013

Article paru
sur le site "Le Telegramme" - 09 octobre 2013
Visualiser l’article original



ls installent des enregistreurs de sons sous l’eau pour mieux connaître le milieu marin et mesurer l’impact des activités humaines. Avec le développement des énergies renouvelables en mer, le sujet est d’actualité.

La chaire d’excellence industrielle Chorus rassemble des chercheurs de Brest et de Grenoble (*), capables de déchiffrer la densité et la nature des sons collectés à l’aide de capteurs de dernière génération. Les progrès de ces capteurs capables d’engranger des données sur de longues périodes (jusqu’à un an) permettent aujourd’hui de cartographier plus précisément les paysages sonores des zones sous-marines. Ces cartographies évoluent-elles au voisinage d’une activité humaine impactante ? Quelles peuvent être les interactions possibles ? Ces travaux intéressent de près les industriels chargés de l’implantation des hydroliennes et éoliennes en mer. La législation qui ne cesse d’évoluer en la matière exige une prise en compte de l’impact de leur activité dans le milieu.

Capteurs en rade de Brest

« Mais encore faut-il avoir une connaissance minimum du milieu, avant d’implanter ces machines, et disposer des outils et des modèles qui permettent de mesurer après coup cet impact », remarque Marc Boeuf, de France Energies marines. Trouver les outils et maîtriser l’analyse des données : c’est précisément ce à quoi travaillent les chercheurs de Chorus, qui multiplient leurs expérimentations au sein du parc marin et dans la rade de Brest. Ces dernières semaines, ils ont installé des capteurs dans deux zones de dragage de la rade, l’un bien travaillé et presque vierge et l’autre bien plus fourni en êtres vivants posés sur le maërl. Les enregistrements ont parfaitement mis en évidence que la zone la moins impactée était la plus « bavarde » et ont clairement mis en corrélation la densité de population sous-marine et le bruit de fond enregistré pendant plusieurs jours. Leurs écoutes sur le long terme, autour de l’île de Béniguet, ont également clairement mis en évidence une plus grande activité des animaux marins la nuit plutôt que le jour, avec des pics au lever et au coucher du soleil. Autant d’observations objectives qui ont profité aux spécialistes du parc marin d’Iroise.

Industriels intéressés

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP