23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche
Accueil > Actualités de la mer > Mer du Nord : comment colmater la fuite ?

Mer du Nord : comment colmater la fuite ?

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "Europe 1" - Lundi 02 Avril 2012
Visualiser l’article original



Mer du Nord : comment colmater la fuite ?

ZOOM - Total envisage deux options pour mettre fin à la fuite de gaz sur sa plateforme.

La voie est libre pour Total. Le groupe pétrolier français va pouvoir s’atteler au colmatage de la fuite de gaz qui touche sa plateforme d’Elgin, en mer du Nord, depuis plus d’une semaine. Samedi, une torchère, une grande flamme brûlant le gaz en excès, s’est en effet éteinte d’elle-même, réduisant les risques d’explosion et permettant donc à Total de lancer les opérations pour stopper la fuite. Europe1.fr détaille les solutions envisagées par le groupe.

De la boue injectée dans le puits. L’option la moins coûteuse et la plus rapide consisterait à injecter de la boue au fond du puits qui fuit. Cette technique est cependant dangereuse, car des techniciens doivent, dans un premier temps, intervenir directement sur la plateforme pour vérifier que cette solution est faisable. Si les experts estiment que la pression dans le puits permet d’injecter les boues, une station de pompage devra alors être mise en place. En tout, l’opération pourrait prendre quelques semaines.

Cette solution a déjà été testée, sans succès : de la boue a déjà été injectée dans le puits de la plateforme le 25 février, quand les premiers problèmes ont été décelés, a révélé le directeur de la branche exploration de Total en Grande-Bretagne.

Le forage de deux puits de dérivation. La deuxième option envisagée durerait beaucoup plus longtemps, au moins six mois, et coûterait également beaucoup plus cher, plus de 2 milliards d’euros. Il s’agirait de forer deux puits de dérivation afin de récupérer le gaz qui s’échappe, une opération difficile puisque la fuite se trouve à 4.000 mètres sous le fond de la mer.

Ce choix est le moins risqué, car il permettrait aux ingénieurs de travailler loin de la source de la fuite.

Comment Total va trancher. Le groupe français va envoyer "dans les prochains jours" un hélicoptère sur la plateforme pour évaluer la situation et vérifier la sécurité des installations. Une fois ces vérifications effectuées, Total pourra décider de la solution à utiliser pour colmater la fuite.

Le groupe dispose de peu d’informations sur l’état de la plateforme, qu’elle n’a pour l’instant survolé que brièvement en hélicoptère en raison des risques d’explosion. En outre, un navire scientifique de Greenpeace est arrivé sur les lieux lundi à l’aube afin de faire des relevés dans l’eau, l’air et les sédiments pour traquer toute trace de pollution.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP