23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Mer du Nord : comment colmater la fuite ?

Mer du Nord : comment colmater la fuite ?

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "Europe 1" - Lundi 02 Avril 2012
Visualiser l’article original



Mer du Nord : comment colmater la fuite ?

ZOOM - Total envisage deux options pour mettre fin à la fuite de gaz sur sa plateforme.

La voie est libre pour Total. Le groupe pétrolier français va pouvoir s’atteler au colmatage de la fuite de gaz qui touche sa plateforme d’Elgin, en mer du Nord, depuis plus d’une semaine. Samedi, une torchère, une grande flamme brûlant le gaz en excès, s’est en effet éteinte d’elle-même, réduisant les risques d’explosion et permettant donc à Total de lancer les opérations pour stopper la fuite. Europe1.fr détaille les solutions envisagées par le groupe.

De la boue injectée dans le puits. L’option la moins coûteuse et la plus rapide consisterait à injecter de la boue au fond du puits qui fuit. Cette technique est cependant dangereuse, car des techniciens doivent, dans un premier temps, intervenir directement sur la plateforme pour vérifier que cette solution est faisable. Si les experts estiment que la pression dans le puits permet d’injecter les boues, une station de pompage devra alors être mise en place. En tout, l’opération pourrait prendre quelques semaines.

Cette solution a déjà été testée, sans succès : de la boue a déjà été injectée dans le puits de la plateforme le 25 février, quand les premiers problèmes ont été décelés, a révélé le directeur de la branche exploration de Total en Grande-Bretagne.

Le forage de deux puits de dérivation. La deuxième option envisagée durerait beaucoup plus longtemps, au moins six mois, et coûterait également beaucoup plus cher, plus de 2 milliards d’euros. Il s’agirait de forer deux puits de dérivation afin de récupérer le gaz qui s’échappe, une opération difficile puisque la fuite se trouve à 4.000 mètres sous le fond de la mer.

Ce choix est le moins risqué, car il permettrait aux ingénieurs de travailler loin de la source de la fuite.

Comment Total va trancher. Le groupe français va envoyer "dans les prochains jours" un hélicoptère sur la plateforme pour évaluer la situation et vérifier la sécurité des installations. Une fois ces vérifications effectuées, Total pourra décider de la solution à utiliser pour colmater la fuite.

Le groupe dispose de peu d’informations sur l’état de la plateforme, qu’elle n’a pour l’instant survolé que brièvement en hélicoptère en raison des risques d’explosion. En outre, un navire scientifique de Greenpeace est arrivé sur les lieux lundi à l’aube afin de faire des relevés dans l’eau, l’air et les sédiments pour traquer toute trace de pollution.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP