18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Micro-algue toxique. Taux record en rade !

Micro-algue toxique. Taux record en rade !

Dernière mise à jour le lundi 27 août 2012

Article paru sur le site "Le Télégramme" - lundi 27 août 2012
Visualiser l’article original


Une micro-algue toxique, dite paralysante, a bouleversé, cet été, l’exploitation et le ramassage des coquillages en rade de Brest. Retour sur ce phytoplancton des plus enquiquinants pour les professionnels et les pêcheurs à pied.

Après la rade de Brest au coeur de l’été, c’est l’aber Wrac’h qui fait actuellement l’objet d’une interdiction de pêche aux coquillages pour cause de concentration importante d’une micro-algue toxique, dite paralysante, dans l’eau. L’épisode d’Alexandrium Minutum est terminé en rade de Brest, comprenez que les concentrations de cette PSP dans l’eau sont retombées sous le seuil d’alerte fixé par les autorités sanitaires. Idem pour la concentration de cette algue microscopique ingérée par les coquillages, seuil sous lequel la contamination ne présenterait plus derisque pour la consommation humaine.

Plus de 40millions de cellules par litre !

Mais la poussée de cet été en rade de Brest a battu tous les records. Alors que le seuil d’alerte se situe à 10.000 cellules par litre d’eau de mer analysé, l’épisode estival est monté entre 40et 50millions de cellules par litre d’eau ! Un taux encore jamais enregistré en France. Ilfaut chercher des relevés réalisés aux États-Unis et au Canada pour retrouver des concentrations aussi ou plus importantes. « On retrouve régulièrement cette algue dans les tous les estuaires bretons depuis les années 80 », remarque Claude Le Bec, du laboratoire Ifremer de Concarneau. « Mais c’est la première fois que la rade de Brest a enregistré une telle explosion d’Alexandrium ». La poussée est aujourd’hui terminée en rade de Brest, les mesures étant redescendues à des valeurs insignifiantes (moins de 100 cellules par litre). Si la micro-algue n’est apparemment pas sortie de la rade, une poussée similaire vient de se déclarer dans l’aber Wrac’h. « Nous sommes au début de cette nouvelle explosion et au-dessus du seuil d’alerte (11.300 cellules par litre d’eau) ». De telles augmentations n’avaient plus été enregistrées sur les côtes finistériennes depuis 2001.

Des professionnels perplexes

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP