29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large
Accueil > Actualités de la mer > Micro-algues. À Concarneau, l’invisible rendu visible

Micro-algues. À Concarneau, l’invisible rendu visible

Dernière mise à jour le mercredi 19 octobre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 14 Octobre 2016
Visualiser l’article original


Spécialisé dans la recherche sur les micro-algues, le laboratoire Ifremer de Concarneau (29) innove. Car, plutôt que d’en rester aux photographies des micro-algues, il les reproduit en 3D. Une première en France.

En biologie marine, la description, l’identification et la classification des genres et des espèces sont des étapes essentielles pour la connaissance.

Et depuis des années, la photographie des micro-algues, grossies par le microscope, a remplacé le dessin. Un progrès sans doute mais « c’est toujours une reproduction en deux dimensions », souligne Claude Le Bec, responsable du laboratoire Ifremer de la station de biologie marine concarnoise.
Il est spécialisé dans l’identification et le classement de ces micro-algues trouvées dans les océans et le travail de son laboratoire fait référence dans le monde entier. Tout comme d’ailleurs les travaux de cette station de biologie marine du Muséum d’Histoire naturelle, créée en 1859, et sans doute la première station de recherche en Europe, voire du monde.
« Sous toutes ses formes »

.../...

Lire l’article complet …


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP