19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Moins d’espèces jugées « nuisibles » en France

Moins d’espèces jugées « nuisibles » en France

Dernière mise à jour le vendredi 8 août 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 06 Août 2014
Visualiser l’article original



Le Conseil d’État a donné raison à six associations écologiques qui défendent notamment la pie, la corneille et le geai.

C’est bien connu, la pie est voleuse. Pour autant, elle ne pourra plus être chassée ou détruite au moyen de pièges, dans huit départements (Aube, Aude, Calvados, Dordogne, Isère, Marne, Seine-et-Marne et Rhône) et ce jusqu’au 30 juin 2015. Une protection comparable vient d’être accordée, dans certains départements, pour la martre, la fouine, la corneille, le geai et la belette. Saisi par des associations environnementales, le Conseil d’État a en effet décidé que ces espèces ne peuvent pas être considérées dans ces territoires comme « nuisibles ». Les hauts magistrats vont ainsi à l’encontre de ce qui était prévu par un arrêté du ministère de l’Écologie, pour une durée de trois ans, à partir du 1er juillet 2012. Cette protection de six espèces d’oiseaux et de mammifères est immédiate, se félicitent les associations de défenses des animaux.

Dans sa décision, le 30 juillet, le Conseil d’État a donné partiellement raison à six associations et fédérations écologiques, dont France Nature Environnement et la centenaire Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Christophe Aubel, directeur de Humanité et Biodiversité, salue la « bonne nouvelle » prise par les magistrats. « Le concept d’animal “nuisible” est dépassé. Il remonte au XIXe siècle. La littérature écrivait alors qu’il y avait deux types d’animaux : les espèces dites nuisibles et celles qualifiées d’utiles. Mais la notion de “nuisible” n’a pas de sens du point de vue de la biologie moderne. Toutes les espèces ont un rôle utile dans les différents écosystèmes. »
Débat sur l’importance des dommages
La pie.

Depuis l’été 2012, c’est le gouvernement qui fixe directement, département par département, la liste d’une partie des espèces « nuisibles », une décision qui incombait auparavant uniquement au préfet de département. Ce nouveau classement, fixé après des réunions locales avec des représentants de la société civile, s’effectue selon trois critères : « Dans l’intérêt de la santé et de la sécurité publique, pour assurer la protection de la flore et de la faune ou pour prévenir des dommages importants aux activités agricoles, forestières et aquacoles ». Mais, grâce à leurs recours collectifs, les associations ont obtenu gain de cause dans une vingtaine de cas, car « les dégâts importants, en termes financiers, n’ont pas pu être prouvés », précise Christophe Aubel. En effet, dans leurs conclusions, les magistrats du Conseil d’État font valoir que le ministère de l’Écologie n’a pas fait la preuve de « dommages significatifs » ou d’une population trop importante de telle ou telle espèce.

Ces arguments ont été utilisés, par exemple, pour protéger la pie dans certaines zones. Mais ce même oiseau peut continuer à être chassé et tué « dans 65 autres départements », déplore la Ligue pour la protection des oiseaux. Certains écologistes y voient « l’influence des chasseurs qui déplorent que la pie peut venir manger les œufs de perdrix ». De même, la corneille, protégée dans deux départements, conserve-t-elle son statut de nuisible dans 86 autres. Quant au geai, désormais protégé dans le Var, il peut continuer à être chassé dans des départements limitrophes. Cet oiseau « peut venir se nourrir très occasionnellement de la vigne », rappelle Christophe Aubel.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP