13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Morlaix ville Plongeurs. Les yeux et mains des chercheurs

Morlaix ville Plongeurs. Les yeux et mains des chercheurs

Dernière mise à jour le lundi 18 février 2013

Article paru sur le site "Le télégramme"
- 14 février 2013
Visualiser l’article original


À la station de biologie marine de Roscoff, quatre plongeurs prêtent leurs yeux et leurs mains à la recherche scientifique. Découverte d’une profession méconnue.

L’histoire de la plongée scientifique en France est étroitement liée à la commune de Roscoff. « Ici, la plongée, comme outil de recherches, a débuté dès les années 50, commence Laurent Levêque, ingénieur d’études au CNRS et responsable du service Mer et observation, auquel est rattaché le service de plongée. À cette époque, ce sont les chercheurs eux-mêmes qui réalisaient leurs prélèvements. C’est à partir des années 60 à 70 que cette pratique a commencé à se professionnaliser ».

Un service autonome

Aujourd’hui, la station de biologie marine dispose d’un service de plongeurs, techniciens et non chercheurs, composé de trois à quatre hommes : Yann Fontana, 42 ans, responsable de l’équipe de plongée ; Wilfried Thomas, 39 ans ; Matthieu Camusat, 30 ans, et parfois Laurent Levêque. « La spécificité de ce service, c’est qu’il est autonome », explique ce dernier. Intégrée aux services communs, l’équipe peut être amenée à travailler avec les différents chercheurs, doctorants, post-doctorants, enseignants-chercheurs et étudiants accueillis par la station. Et pas pour un seul laboratoire de recherche. « En métropole, nous sommes les seuls à fonctionner comme ça ».

Différentes missions

Ces différentes collaborations entraînent une grande diversité d’activités : le collectage de spécimens marins à destination de la recherche scientifique, l’observation de l’environnement côtier sur des programmes de longs termes avec, par exemple, des relevés de température de l’eau qui sont réalisés depuis les années 50. Les plongeurs peuvent être amenés à réaliser des prélèvements dans les ports, sur des épaves ou encore à faire de la maintenance sur des balises. « Nous sommes les yeux et les mains de la recherche », explique le responsable du service Mer et observation. Au quotidien, la petite équipe réalise de nombreux clichés et films à destination des chercheurs. « Une heure de prise de vues en mer, cela représente deux mois d’analyse en laboratoire ! », rappelle volontiers Laurent Lévêque. Spécialistes des fonds, les plongeurs professionnels travaillent souvent dans des conditions difficiles (peu de visibilité, une eau très froide...). Ils constatent évidemment l’impact de certaines activités sur l’écosystème marin.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP