21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Morlaix ville Plongeurs. Les yeux et mains des chercheurs

Morlaix ville Plongeurs. Les yeux et mains des chercheurs

Dernière mise à jour le lundi 18 février 2013

Article paru sur le site "Le télégramme"
- 14 février 2013
Visualiser l’article original


À la station de biologie marine de Roscoff, quatre plongeurs prêtent leurs yeux et leurs mains à la recherche scientifique. Découverte d’une profession méconnue.

L’histoire de la plongée scientifique en France est étroitement liée à la commune de Roscoff. « Ici, la plongée, comme outil de recherches, a débuté dès les années 50, commence Laurent Levêque, ingénieur d’études au CNRS et responsable du service Mer et observation, auquel est rattaché le service de plongée. À cette époque, ce sont les chercheurs eux-mêmes qui réalisaient leurs prélèvements. C’est à partir des années 60 à 70 que cette pratique a commencé à se professionnaliser ».

Un service autonome

Aujourd’hui, la station de biologie marine dispose d’un service de plongeurs, techniciens et non chercheurs, composé de trois à quatre hommes : Yann Fontana, 42 ans, responsable de l’équipe de plongée ; Wilfried Thomas, 39 ans ; Matthieu Camusat, 30 ans, et parfois Laurent Levêque. « La spécificité de ce service, c’est qu’il est autonome », explique ce dernier. Intégrée aux services communs, l’équipe peut être amenée à travailler avec les différents chercheurs, doctorants, post-doctorants, enseignants-chercheurs et étudiants accueillis par la station. Et pas pour un seul laboratoire de recherche. « En métropole, nous sommes les seuls à fonctionner comme ça ».

Différentes missions

Ces différentes collaborations entraînent une grande diversité d’activités : le collectage de spécimens marins à destination de la recherche scientifique, l’observation de l’environnement côtier sur des programmes de longs termes avec, par exemple, des relevés de température de l’eau qui sont réalisés depuis les années 50. Les plongeurs peuvent être amenés à réaliser des prélèvements dans les ports, sur des épaves ou encore à faire de la maintenance sur des balises. « Nous sommes les yeux et les mains de la recherche », explique le responsable du service Mer et observation. Au quotidien, la petite équipe réalise de nombreux clichés et films à destination des chercheurs. « Une heure de prise de vues en mer, cela représente deux mois d’analyse en laboratoire ! », rappelle volontiers Laurent Lévêque. Spécialistes des fonds, les plongeurs professionnels travaillent souvent dans des conditions difficiles (peu de visibilité, une eau très froide...). Ils constatent évidemment l’impact de certaines activités sur l’écosystème marin.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP