23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Mortalités des moules bleues : précisions suite à l’acceptation d’une (...)

Mortalités des moules bleues : précisions suite à l’acceptation d’une publication relative à un aspect du phénomène

Dernière mise à jour le mercredi 29 juin 2016

Article paru
sur le site "Ifremer" - 17 Juin 2016
Visualiser l’article original


Dans le contexte des mortalités de moules connues actuellement, l’Ifremer intervient pour apporter son expertise afin d’analyser les causes possibles du phénomène.
MoulesIfremer / Stephane Lesbats

A ce titre, parmi d’autres travaux, des lots de moules (300 animaux) ont été prélevés dans sept sites différents (Charente Maritime et Vendée) en février 2015. Ces lots ont été maintenus en bacs dans les installations Ifremer afin de permettre un suivi en laboratoire des phénomènes de mortalité. Des mortalités ont été observées sur tous ces lots de moules avec cependant des différences marquées (entre 5% et 80% selon les lots). Ces pourcentages sont comparables à ceux détectés sur le terrain.

En marge de ce programme de travail, un aspect ponctuel a été examiné, celui du patrimoine génétique des animaux, grâce à des analyses de cytométrie en flux (comptage du matériel génétique possédé par les animaux).
.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP