29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large
Accueil > Actualités de la mer > Moule perlière. « Le pari est gagné en Bretagne »

Moule perlière. « Le pari est gagné en Bretagne »

Dernière mise à jour le jeudi 7 juillet 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 27 Juin 2016
Visualiser l’article original


La moule perlière a bien failli disparaître.
Depuis 2012, la station d’élevage de Brasparts recueille les larves, les élève puis les relâche dans six cours d’eau de Bretagne et de Normandie.
Aujourd’hui, si le pari de conservation est gagné, il reste à travailler à la restauration des cours d’eau.

La moule perlière, les amateurs d’histoire la connaissent.
Il est vrai que François Ie r et Marie de Médicis étaient friands de perles, à tel point que l’homme de Marignan en avait une au centimètre carré sur ses habits... « Pourtant, il faut savoir qu’une seule mulette sur 1.000 contient une perle ! », nuance Pierre-Yves Pasco, salarié de Bretagne Vivante.
« On a des témoignages, jusqu’en 1940, de pêcheurs de perles mais, à cette époque, les mulettes (autre nom de la moule perlière, NDLR), ils en pêchaient par milliers ! ».
Un « programme de la dernière chance »

Ce n’est plus le cas, désormais.
Car la moule d’eau douce a bien failli disparaître des cours d’eau, ces dernières années. « C’est une espèce parapluie, concède Pierrick Dury, responsable de la station d’élevage de Brasparts.
Comme les loutres, les saumons atlantiques, elle est très sensible à la qualité de l’eau ». « Il y avait urgence à agir », continue Pierre-Yves Pasco. « Nous avons été contactés par Bretagne Vivante en 2009, précise Pierre Péron, président de la Fédération du Finistère pour la pêche et la protection du milieu aquatique.
L’année suivante, Life + était lancé ». Ce programme européen, d’une durée de six ans, appelé « programme de la dernière chance », visait à la conservation de l’espèce dans le Massif armoricain.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP