13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Moule sauvage (coquillage)

Moule sauvage (coquillage)

Dernière mise à jour le dimanche 12 mars 2017

Les moules sauvages se fixent très souvent en des lieux où l’on ne penserait pas les trouver !


ci-dessous sur des sables assez grossiers à Mousterlin (29)

Bouquet de moules sauvages

- il est probable que ces moules ont été déplacées à la faveur d’une tempête ou d’un évènement extérieur (l’homme, par exemple)

- plus tard, à l’aide de leur byssus, elles se sont ancrées dans le sable en s’accrochant à un caillou, par exemple.

- il ne leur en faut pas plus pour commencer à implanter une colonie.


et, ici, dans une anfractuosité de rochers de granit près de la pointe St Mathieu (29) en compagnie de berniques et de balanes qui tapissent la roche.

moules sauvages dans la roche



près du Conquet, (29) de grandes surfaces de moules entassées sur du sable grossier en limite des rochers


- nous nous rappellerons que, lorsqu’elle est toute petite (à l’état larvaire), la moule est pélagique et qu’elle se fixe là où elle trouve un endroit propice.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP