19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > Naissance d’un institut de recherche français entièrement dédié aux énergies (...)

Naissance d’un institut de recherche français entièrement dédié aux énergies marines

Dernière mise à jour le mercredi 21 mars 2012

Article paru sur le site "Seableue" - Vendredi 16 Mars 2012
Visualiser l’article original



Naissance d’un institut de recherche français entièrement dédié aux énergies marines

Le Premier ministre François FILLON l’a annoncé vendredi 9 mars. La France se dote d’un institut de recherche entièrement dédié aux énergies marines « FRANCE ÉNERGIES MARINES »

Le projet FRANCE ÉNERGIES MARINES fait partie des lauréats de l’appel à projets « Instituts d’excellence sur les énergies décarbonées »

FRANCE ÉNERGIES MARINES est présidée par Vincent DENBY-WILKES (EDF) et son directeur général, Yann-Hervé De Roeck (Ifremer).

FRANCE ÉNERGIES MARINES réunit les industriels, les instituts de recherche et universités, les Conseils régionaux des zones littorales, dans une coopération étroite visant à positionner la France comme l’un des leaders mondiaux des énergies marines renouvelables.
Ce sont pour l’instant 58 structures qui vont travailler ensemble autour de cette nouvelle aventure industrielle que constituent les énergies marines renouvelables.

Travaux de recherche et développement autour de cette nouvelle filière industrielle

FRANCE ÉNERGIES MARINES traitera les questions technologiques et de développement économique, tout autant que celles relatives à la préservation de l’environnement marin et à la qualité de la concertation avec les parties prenantes, pour faire de tous ces volets des atouts dans la compétition mondiale.

FRANCE ÉNERGIES MARINES intègre et étudie les énergies marines suivantes : l’éolien en mer posé, l’éolien en mer flottant, les courants de marée (hydrolien et marée‐moteur), l’énergie de la houle, l’énergie thermique des mers. Cinq sites d’essais en mer sont d’ores et déjà identifiés et seront mis à disposition des porteurs de technologies pour les tests de machines en conditions réelles.

Trois sites Brest, Nantes, Toulon , 70 collaborateurs

Son budget de 133,3 M€ sur dix ans, bénéficie de 34,3 M€ apportés par les investissements d’avenir, 38 M€ par les collectivités territoriales, 61 M€ par les partenaires privés et para‐publics.

La première présidence de FRANCE ÉNERGIES MARINES sera assurée par un industriel, le Groupe EDF a accepté d’en prendre la responsabilité.

La création de cet institut de recherche va permettre le développement significatif de l’exploitation du vaste potentiel énergétique que représentent les énergies marines et ainsi contribuer à atteindre l’engagement français de 23% d’énergies renouvelables à l’horizon 2020.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP