18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Neuf régions du monde menacées en cas de montée du niveau de la (...)

Neuf régions du monde menacées en cas de montée du niveau de la mer

Dernière mise à jour le jeudi 24 septembre 2015


C’est l’une des vingt populations mondiales les plus menacées, selon une analyse du site Climate Central (en anglais). Plus de 10 millions de Bangladais vivent aujourd’hui dans des zones à risque compte tenu de l’augmentation du niveau de la mer due au réchauffement climatique. C’est le thème de la visite au Bangladesh effectuée par le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, lundi 21 septembre, à presque deux mois de la conférence environnementale de Paris.

Dans le pire des scénarios, l’élévation du niveau de la mer serait de 82 cm en 2100 (26 cm dans l’hypothèse la plus optimiste), en raison de la dilatation thermique des océans et de la fonte des glaces, indique le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). La Nasa parie, elle, sur une hausse "inévitable" d’un mètre d’ici 100 ou 200 ans. Une élévation qui pourrait être accompagnée de phénomènes climatiques dévastateurs, comme des ouragans, occasionnant d’importantes inondations.

Francetv info s’est donc penché sur neuf régions ou villes du globe qui pourraient se retrouver sous l’eau dans les prochaines décennies. Nous avons utilisé des outils imaginant une hausse d’un mètre.
Le Bangladesh et Dacca, sa capitale

Au Bangladesh, l’eau est partout. Situé sur un immense delta qui menace aussi Calcutta (Inde), le pays est pris en étau : au Nord, l’eau provenant de la fonte des neiges et des glaciers de l’Himalaya ; au Sud, l’océan Indien. Selon la Banque mondiale, la population installée sur la côte subira de plein fouet les impacts du réchauffement climatique et de la montée des océans, même si les émissions de gaz à effet de serre se stabilisent.

Le Bangladesh est déjà concerné. Faute de drainage, les eaux salées pénètrent dans les terres, affectant les zones agricoles. D’ici à 2050, ce phénomène va s’intensifier, prévient la Banque mondiale. Même si cela reste peu visible sur les images satellite, une hausse de 65 cm en 2080 ferait perdre 40% des terres agricoles du Sud. A Dacca, la capitale, plus de 11 millions de personnes pourraient être exposées à des inondations dramatiques à l’horizon 2070, rapporte une étude de l’OCDE datée de 2008 (en anglais).

Lire l’article complet ...-20150921-[lestitres-coldroite/titre4]]


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP