25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > Norovirus : les huîtres françaises globalement de bonne qualité

Norovirus : les huîtres françaises globalement de bonne qualité

Dernière mise à jour le vendredi 30 août 2013

Article paru
sur le site "Journal de l’environement" - 28 Août 2013
Visualiser l’article original


Le taux de contamination par norovirus des huîtres françaises récoltées dans l’Atlantique se situe autour de 9%, selon une étude publiée par une équipe de l’Ifremer dans l’International Journal of Food Microbiology.

Cette étude est la première en France à évaluer la contamination d’huîtres mises sur le marché par norovirus, principal responsable des gastroentérites hivernales. Avec 9% de positifs parmi les 387 échantillons prélevés en Vendée [1], la qualité de ces produits est « correcte », juge Françoise Le Guyader, responsable du Laboratoire de microbiologie (Ifremer[1]) de Nantes, contactée par le JDSA.

Ce chiffre est similaire à ceux retrouvés lors de précédentes études menées au Japon (5%) et aux Etats-Unis (3,9%), mais bien en deçà des 76,2% trouvés au Royaume-Uni, pays dans lequel la réglementation paraît bien plus souple qu’en France en matière de lieux de production.

Selon l’étude française, c’est au cours des mois d’hiver (décembre, janvier, février, mars) que surviennent la quasi-totalité des contaminations parmi les huîtres françaises. En cause, la fréquence élevée de gastroentérites, avec des rejets accrus de norovirus dans l’environnement, entraînant ainsi une contamination des huîtres, explique Françoise Le Guyader.

Quant à savoir si les niveaux de contamination relevés étaient suffisants pour provoquer une gastroentérite, difficile de conclure. « Pour le norovirus de génotype I, la dose infectieuse se situe autour de 10 particules virales », ce qui en fait l’un des pathogènes humains les plus infectieux, explique Françoise Le Guyader. Toutefois, rien ne prouve que cette dose soit la même pour d’autres norovirus, dont ceux de génotype II, les plus fréquents chez l’homme.

De manière plutôt inattendue, le norovirus est plus fréquemment retrouvé sur les huîtres prélevées en supermarché que parmi celles achetées directement au producteur. Pour Françoise Le Guyader, cette « observation milite en faveur d’une amélioration de la traçabilité dans les supermarchés », en particulier contre un éventuel mélange d’huîtres de différents producteurs. « Plus les lots sont mélangés, plus le risque d’avoir des positifs s’élève », poursuit la chercheure.

A la différence des bactéries (E. coli, salmonelles), il n’existe aucune obligation de contrôler la présence de virus —dont norovirus— sur les huîtres, faute de méthode officiellement approuvée. Un tel outil de détection est en cours d’élaboration au niveau européen, explique Françoise Le Guyader. Le sujet intéresse de près les autorités, raison pour laquelle ces travaux ont bénéficié d’un financement de la Direction générale de la santé (DGAL).

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP