23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne
Accueil > Actualités de la mer > Norovirus : les huîtres françaises globalement de bonne qualité

Norovirus : les huîtres françaises globalement de bonne qualité

Dernière mise à jour le vendredi 30 août 2013

Article paru
sur le site "Journal de l’environement" - 28 Août 2013
Visualiser l’article original


Le taux de contamination par norovirus des huîtres françaises récoltées dans l’Atlantique se situe autour de 9%, selon une étude publiée par une équipe de l’Ifremer dans l’International Journal of Food Microbiology.

Cette étude est la première en France à évaluer la contamination d’huîtres mises sur le marché par norovirus, principal responsable des gastroentérites hivernales. Avec 9% de positifs parmi les 387 échantillons prélevés en Vendée [1], la qualité de ces produits est « correcte », juge Françoise Le Guyader, responsable du Laboratoire de microbiologie (Ifremer[1]) de Nantes, contactée par le JDSA.

Ce chiffre est similaire à ceux retrouvés lors de précédentes études menées au Japon (5%) et aux Etats-Unis (3,9%), mais bien en deçà des 76,2% trouvés au Royaume-Uni, pays dans lequel la réglementation paraît bien plus souple qu’en France en matière de lieux de production.

Selon l’étude française, c’est au cours des mois d’hiver (décembre, janvier, février, mars) que surviennent la quasi-totalité des contaminations parmi les huîtres françaises. En cause, la fréquence élevée de gastroentérites, avec des rejets accrus de norovirus dans l’environnement, entraînant ainsi une contamination des huîtres, explique Françoise Le Guyader.

Quant à savoir si les niveaux de contamination relevés étaient suffisants pour provoquer une gastroentérite, difficile de conclure. « Pour le norovirus de génotype I, la dose infectieuse se situe autour de 10 particules virales », ce qui en fait l’un des pathogènes humains les plus infectieux, explique Françoise Le Guyader. Toutefois, rien ne prouve que cette dose soit la même pour d’autres norovirus, dont ceux de génotype II, les plus fréquents chez l’homme.

De manière plutôt inattendue, le norovirus est plus fréquemment retrouvé sur les huîtres prélevées en supermarché que parmi celles achetées directement au producteur. Pour Françoise Le Guyader, cette « observation milite en faveur d’une amélioration de la traçabilité dans les supermarchés », en particulier contre un éventuel mélange d’huîtres de différents producteurs. « Plus les lots sont mélangés, plus le risque d’avoir des positifs s’élève », poursuit la chercheure.

A la différence des bactéries (E. coli, salmonelles), il n’existe aucune obligation de contrôler la présence de virus —dont norovirus— sur les huîtres, faute de méthode officiellement approuvée. Un tel outil de détection est en cours d’élaboration au niveau européen, explique Françoise Le Guyader. Le sujet intéresse de près les autorités, raison pour laquelle ces travaux ont bénéficié d’un financement de la Direction générale de la santé (DGAL).

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP