21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Une nouvelle espèce d’insecte trouvée dans de l’ambre fossile

Une nouvelle espèce d’insecte trouvée dans de l’ambre fossile

Dernière mise à jour le mardi 10 juin 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 05 juin 2014
Visualiser l’article original



C’était une belle journée, chaude et humide sur les bords de ce qui n’était pas encore la mer Baltique actuelle (elle était beaucoup plus étendue). Dans la végétation luxuriante de l’époque, presque tropicale même à ces latitudes, les insectes s’affairaient à leurs occupations. Çà et là, les premiers mammifères modernes s’acharnaient à conquérir leurs territoires. Mais les insectes de tous ordres étaient les plus nombreux. Et notre amie, un insecte plat, batifolait à droite et à gauche, quand soudain, sur le tronc d’un conifère, elle se sentit comme « scotchée ». Elle (c’est une femelle) venait de mettre les pattes dans la résine qui coulait de l’arbre. Impossible de s’en extraire ! Il lui fallut peu de temps pour être totalement engluée et recouverte de résine. Prisonnière d’une « larme des dieux », comme on devait les appeler plus tard. Très rapidement, les substances chimiques acides de la résine pénétraient le corps de l’insecte, le déshydratant (c’est l’inclusion), tout comme le fait un embaumement. Une momie d’insecte datant d’il y a 45 millions d’années, figée et préservée pour l’éternité dans une bulle d’ambre.

C’est ainsi qu’un chercheur autrichien du Tiroler Landesmuseum d’Innsbruck a pu relater, dans le journal Deutsche Entomologische Zeitschrift, la découverte d’une nouvelle espèce d’insecte plat de cette époque, l’éocène, issu de l’ambre de la Baltique. le spécimen a été baptisé Aradus macrosomus, ce dernier terme signalant sa grande taille (du grec makros, « grand », et soma, « corps »). Ceci relativement aux 14 autres espèces déjà décrites. Il mesure presque 1 cm, a des antennes de 2,25 mm de long et présente une foule de détails anatomiques remarquablement conservés, visibles par transparence dans cet ambre jaune, couleur miel. Ce qui permet à Ernst Heiss, l’auteur de l’étude, de conclure qu’il s’agit bien d’une espèce différente de celles qui sont déjà connues.

« Ernst Heiss est sans doute le meilleur spécialiste mondial de ces questions sur ces insectes plats Aradus, estime André Nel, professeur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, responsable de la collection du Muséum et grand spécialiste lui aussi de la question. Et, effectivement, les arguments qu’il développe semblent assez fiables vis-à-vis des autres insectes de ce genre déjà connus. » Des gisements d’ambre ayant inclus des animaux, insectes, arachnides, fourmis, reptiles et autres, des pollens ou des plantes ont été retrouvés sur tous les continents. L’une des zones les plus riches en ambre fossile est celui de la Baltique, entre Pologne et Lituanie, jusqu’en Russie. L’ambre se présente sous forme de caillou plus ou moins gros, léger, dans une terre sédimentaire bleu suie. Il faut en extraire l’ambre et le polir.

« Il y a deux problèmes majeurs autour de cet ambre et des fossiles qu’il peut contenir, déplore André Nel. Tout d’abord le fait qu’il est exploité commercialement pour des bijoux ou des vernis, ce qui fait que les scientifiques n’ont que peu accès à ces matériaux exhumés. Ensuite parce que le problème des faux, et des faussaires, est bien réel. Et il remonte déjà au XIXe siècle. Il y a un marché pour ces ambres anciens, et certains n’hésitent pas à utiliser de l’ambre synthétique, ou de l’ambre véritable dans lequel ils font des trous pour y placer des insectes ou autres modernes, et camoufler les trous. Et des centaines d’espèces d’insectes plats modernes existent encore. Mais pour les chercheurs, le problème principal est que nous ne disposons face à une inclusion que de détails anatomiques, souvent saisissants il est vrai, mais pas de données sur la reproduction. »

[Lire l’article complet ...->http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/06/05/01008-20140605ARTFIG00370-une-nouvelle-espece-d-insecte-trouvee-dans-de-l-ambre-fossile.php



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP