19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > NLes huîtres adultes touchées par une inquiétante surmortalitéouvel (...)

NLes huîtres adultes touchées par une inquiétante surmortalitéouvel article

Dernière mise à jour le mardi 6 août 2013

Article paru
sur le site "Paris-Normandie" - 01 Août 2013
Visualiser l’article original


BORDEAUX (France / Gironde), 01 août 2013 (AFP) - Depuis début juillet, les huîtres creuses de taille adulte sont, le long du littoral français, victimes d’un taux de mortalité supérieur à la normale pouvant atteindre les 65%, ont indiqué jeudi les professionnels et l’Ifremer.
Cette surmortalité est liée à la présence d’"une bactérie mortelle, appellée +vibrio aestuarianus+ qui colonise les coquillages et en particulier les huîtres", a expliqué à l’AFP Tristan Renault, responsable de l’unité Santé, génétique et microbiologie des mollusques à l’Institut français pour l’exploitation de la mer (Ifremer).
Selon lui, elle entraîne des "taux de mortalité importants, allant de 15% à pratiquement 65% sur certains lots" analysés par l’Ifremer.
Ces huîtres provenaient notamment de l’étang de Thau, sur la Méditerranée, du lac d’Hossegor (Landes), d’Arcachon (Gironde), de Charente-Maritime, de Bretagne nord et de Normandie.
Les causes de la présence de cette bactérie mortelle sont compliquées "à identifier", explique M. Renault.
Cependant, "on peut suspecter que les conditions climatiques de 2013 sont plutôt favorables à la prolifération de la bactérie dans l’environnement", selon le chercheur, qui évoque notamment "l’élévation des températures après un printemps froid" et "des pluies très importantes au printemps".
Pour Gérald Viaud, président du Comité national conchylicole, la profession est "en phase d’alerte grave", en raison de cette surmortalité, et il en a averti les services de l’Etat et le ministère.
Ce phénomène est, selon M.Viaud, la continuité des importantes surmortalités connues par la profession au cours des dernières années.
Depuis 2008, l’ostréiculture connaît une crise en raison de la présence d’un herpès virus qui a décimé jusqu’à 75% des jeunes huîtres (naissains).
"On est dans la continuité de ces surmortalités mais depuis quelques temps, cela a pris une autre dimension car cela touche toutes les tranches d’âge", souligne M. Viaud.
Selon lui, cette mortalité des huîtres adultes et prêtes à la commercialisation après avoir été travaillées pendant trois ans par les professionnels, est d’autant plus grave que les ostréiculteurs ont de moins en moins de cheptel.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP