15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites
Accueil > Actualités de la mer > Fonte des calottes glaciaires : quand la Science nuance

Fonte des calottes glaciaires : quand la Science nuance

Dernière mise à jour le mercredi 7 août 2013

Article paru
sur le site "Techno.sciences.net" - 01 Août 2013
Visualiser l’article original


Les chercheurs ont analysé neuf années de données récoltées par le satellite GRACE. Ces résultats ont montré que les deux calottes glaciaires perdent actuellement une quantité importante de glace : environ 300 milliards de tonnes par an. Par rapport à la première partie de la mission (2002), la contribution des deux calottes polaires à l’élévation du niveau de la mer a doublé. De plus, cette perte en volume et en surface ralenti fortement la formation naturelle de la glace.

Cependant, la fonte accélérée de ces calottes soulève plusieurs problématiques scientifiques. Car outre le réchauffement lié aux activités anthropiques, les calottes glaciaires sont influencées par une variété de phénomènes naturels tels que les chutes de neige et les courants océaniques. D’après les climatologues impliqués dans l’étude, neuf années constitue une période d’observation très courte et les 35 cm de prédiction actuelle d’augmentation du niveau de la mer pour 2100 pourrait aussi bien être exagérés que sous-estimés. "Au niveau de l’observation des calottes, nous sommes davantage à une échelle météorologique que climatique", déclare Bert Wouters. "Les mesures météorologiques de la calotte glaciaire sur une courte échelle de temps peuvent masquer les phénomènes qui se déroulent réellement sur le long terme" ajoute le co-auteur Ingo Sasgen du GFZ. Selon ce dernier, le phénomène de fonte actuellement observé pourrait en réalité faire partie d’un cycle géoclimatique plus long, dont les variations de masses glaciaires pourraient s’avérer positives.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP