15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites
Accueil > Actualités de la mer > Nouvel article

Nouvel article

Les algues rouges de Bretagne résistent encore au réchauffement des eaux

Dernière mise à jour le samedi 27 septembre 2014

Article paru
sur le site "Futura environement" - 19 septembre 2014
Visualiser l’article original



Les travaux des chercheurs se sont fondés sur une approche de terrain et un travail de modélisation considérable. Les équipes de plongeurs scientifiques des stations marines de Dinard et de Roscoff ont réalisé des inventaires sur 65 sites différents, du golfe Normand-Breton à la baie de Vilaine, entre 2010 et 2012. Ils ont porté sur la variabilité des assemblages d’algues rouges présents sous les forêts de laminaires, habitats sous-marins emblématiques de la côte de Bretagne. Les patrons d’organisation récents ont été comparés à des données collectées sur 163 sites, localisés dans la même zone, entre 1992 et 1998. Couvrant ainsi au total une vingtaine d’années, les chercheurs ont pu analyser l’évolution de la diversité des assemblages d’algues rouges entre les deux périodes.

L’équipe réunissant des chercheurs du laboratoire Borea (Biologie des ORganismes et Ecosystèmes Aquatiques), de l’Institut de systématique, évolution, biodiversité, de la station biologique de Roscoff et de Biodiversité et gestion des territoires de l’Université de Rennes-1, a montré que la température des eaux de surface de Bretagne s’est élevée de plus de 0,7 °C en 20 ans, soit sensiblement plus que ce qui est observé au niveau mondial. Par ailleurs, les écarts saisonniers de températures se sont amplifiés, notamment dans le Golfe Normand Breton, avec un réchauffement estival et un refroidissement hivernal plus marqué en 2010-2012 qu’en 1992-1998.
Particularités bretonnes

Les chercheurs ont observé un changement significatif de la composition spécifique des assemblages d’algues rouges au cours des 20 dernières années, qui peut être corrélé à l’augmentation de la température. De plus, l’amplitude saisonnière des températures est le principal facteur gouvernant l’aire de distribution des espèces. Les modèles des chercheurs ont mis en avant des changements significatifs de l’aire de distribution de 7 espèces sur les 10 plus fréquentes. Les modifications observées concernent le plus souvent une restriction de la zone qu’elles occupent avec un déplacement vers le nord-ouest de la Bretagne ou un resserrement autour de la mer d’Iroise où les eaux sont restées plus fraîches. ....

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP