25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > ONG environnementales. Des méthodes controversées

ONG environnementales. Des méthodes controversées

Dernière mise à jour le lundi 17 février 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 16 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



Les ONG spécialisées dans la défense de l’environnement ont construit leur notoriété à coups d’actions spectaculaires, à l’image de l’opération menée, en septembre, par Greenpeace, dans l’océan Arctique. Si les méthodes de certaines organisations sont parfois controversées, elles ont aussi fait bouger les lignes sur le long terme.
Il ne faut pas exciter le très autoritaire Vladimir Poutine. Greenpeace l’a appris à ses dépens, en septembre dernier, lorsqu’une trentaine de ses militants embarqués sur l’Arctic Sunrise, un des vaisseaux de l’organisation, ont été arrêtés après avoir tenté d’aborder une plateforme pétrolière de Gazprom, pour protester contre les forages sur le champ de Prirazlomnaya, non loin du cercle polaire. Zone naturelle particulièrement fragile et soi-disant « protégée » à ce titre.

Une mobilisation internationale intense

Il a fallu une mobilisation internationale intense pour que les militants russes et étrangers risquant 15 ans de prison, soient libérés quelques semaines avant l’ouverture des jeux de Sotchi. ONG globale, spécialiste, depuis des décennies, des coups médiatiques majeurs - des protestations contre les essais nucléaires à Mururoa à l’accueil de Brigitte Bardot sur la banquise pour sauver les bébés phoques en 1977 -, cette organisation se déploie partout et obtient des résultats. En France, Greenpeace a mené la bataille pour empêcher l’envoi de la coque amiantée du porte-avions Clemenceau en Inde, en faisant changer la législation. L’État français inclut désormais, dès leur conception, la « déconstruction » de ses navires de guerre dans des chantiers répondant aux normes. Greenpeace, qui fait toujours payer ses militants de leur personne, en a fait entrer dans des centrales nucléaires françaises pour dénoncer leur manque de sécurité.

Greenpeace utilise tous les outils les plus modernes

Au début de ce mois, l’ONG a déployé des banderoles jaunes sur la statue de la liberté, à Budapest (Hongrie), pour protester contre la centrale nucléaire de Paks. Sa spécialité consiste à utiliser tous les outils technologiques et de communication les plus modernes pour populariser des combats fédérateurs. Pétitions, mailings, actions de lobbying : cette organisation connaît les codes, les détournant avec un art consommé. Aurait-elle mis de l’eau dans son vin depuis ses débuts ? Paul Watson, l’un de ses militants les plus actifs, celui qui avait amené notre BB nationale sur la banquise, a depuis quitté Greenpeace. Cet anarco-écolo autocratique et indomptable a monté une organisation concurrente, Sea Sheperd, spécialisée dans la protection des espèces marines menacées. Poursuivi par la justice de nombreux pays pour les actions musclées de ses navires contre des pêches illégales (le requin au Costa-Rica, la baleine au Japon), il est vilipendé par les ONG plus policées.

Sea Shepherd refuse l’étiquette d’« écoterroristes »

En juin 2013, invité par l’université parisienne de Jussieu, il rejetait les étiquettes qui lui sont collées : « Même si certains critiquent notre action qu’ils jugent trop radicale, nous ne sommes pas des écoterroristes. Ceux-là, ce sont plutôt les grosses entreprises et les États qui terrorisent la planète et ses habitants ». Ces jours-ci, ses équipes de marins militants végétariens sont de nouveau aux prises avec les baleiniers japonais, dont ils ont bloqué les hélices en mer avec des cordages. Chacun s’accuse d’agression, ça chauffe... Mais les actions contre la traditionnelle pêche aux dauphins tués dans des conditions inhumaines à Taiji, dans la région japonaise de Wakayama, ont conduit l’ambassadrice des États-Unis dans ce pays, Caroline Kennedy, à leur apporter son soutien. Pendant ce temps, le gouverneur de la région, Yoshinobu Nisaka, exprime son incompréhension : « Tous les jours, on tue des vaches et des cochons pour les manger. Ce ne serait donc cruel que pour les dauphins ? Cela n’a pas de sens ! » Greenpeace Greenpeace (de l’anglais : « paix verte ») est une organisation non gouvernementale internationale de protection de l’environnement présente dans plus de 40 pays à travers le monde. Fondée à Vancouver (Canada) en 1971, par Jim Bohlen et Irving Stowe, après le mouvement « Don’t make a wave committee » visant à s’opposer aux essais nucléaires aux États-Unis, Greenpeace revendique, en 2012, plus de 3 millions d’adhérents-donateurs et emploie 1.500 salariés, pour un budget global d’environ 210 millions d’euros. (source : Wikipedia) Sea Shepherd La Sea Shepherd Conservation Society est une ONG maritime fondée en 1977 par Paul Watson, écologiste canadien. Elle est basée dans l’État de Washington, aux États-Unis. Elle a engagé de nombreuses actions pour dénoncer la destruction de la faune marine et la surpêche. Plus particulièrement, Sea Shepherd agit contre la chasse à la baleine, aux phoques, contre la pêche aux requins et contre l’usage des filets dérivants. Elle a parfois recours à des moyens peu conventionnels, jugés dangereux et illégaux, contre ses opposants (éperonnages, abordages en pleine mer, et même parfois des sabotages sur des navires à quai)
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP