20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Objectif "zéro rejet" de poissons en mer

Objectif "zéro rejet" de poissons en mer

Dernière mise à jour le vendredi 8 février 2013

Article paru
sur le site "Figaro Nautisme" - 05 Février 2013
Visualiser l’article original


Interdire les rejets de poissons à la mer en obligeant les pêcheurs à les débarquer à quai : l’objectif de la Commission européenne fait grincer les dents des pêcheurs français qui le jugent pour certains "irréaliste".

Actuellement discuté dans les instances européennes, l’objectif "zéro rejet" préconisé par la commissaire européenne chargée du dossier, Maria Damanaki, pourrait être atteint, entre autres contraintes, grâce au principe du "débarquement obligatoire" des poissons pêchés mais non commercialisables.

Remontés dans les filets au fond desquels ils meurent souvent écrasés, ces poissons - trop petits, abîmés ou simplement hors quotas - sont habituellement rejetés en mer en plus ou moins grande quantité selon les types de pêche puisqu’ils ne peuvent être vendus.

Selon la Commission, cette pratique représente environ 23% des captures totales, plus dans certaines pêcheries.
Un gaspillage que tout le monde s’accorde à vouloir sinon éliminer, du moins réduire, mais les points de vue divergent quant aux moyens d’y parvenir.

Dans ce domaine, les lignes de fractures politiques suivent peu ou prou celles des mers : "globalement, le taux de rejet est plus important au sud" de l’Europe, où les espèces sont plus diverses, qu’au Nord, explique Alain Biseau, chargé de mission à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer).

"La pêche française est majoritairement mixte", c’est-à-dire attachée à différentes espèces de poissons et crustacés, précise-t-il. "Résoudre le problème des rejets est plus difficile que dans d’autres pêcheries".

Les pêcheurs n’ont pas "une connaissance parfaite" de ce qu’ils ramassent, justifie également Antoine Dhellemes, l’un des vice-présidents du Comité national des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM), qui juge "irréaliste" une application en l’état de l’obligation "zéro rejet".
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP