10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > Océanopolis. L’importance du plancton en 3D

Océanopolis. L’importance du plancton en 3D

Dernière mise à jour le mercredi 20 décembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 19 Décembre 2017
Visualiser l’article original


Océanopolis lance ses traditionnelles animations de Noël samedi.
Elles dureront jusqu’au 7 janvier 2018. Parmi elles, cette année, le centre de culture scientifique a décidé de faire découvrir le plancton, au travers d’une animation 3D inédite. En bas de l’auditorium Marion- Dufresne, plongée dans le noir, une médiatrice scientifique est entourée d’un cercle de lumière.
Elle effectue des gestes méticuleux, devant un écran, et raconte la fabuleuse histoire du plancton. Une espèce méconnue du grand public.
« Souvent à la question, quel est le poumon de la planète, les gens pensent à la forêt amazonienne et rarement au phytoplancton », déclare Nathalie Siche, médiatrice scientifique.
Anne Rognant, conservatrice adjointe en charge de la médiation scientifique et culturelle, estime que, dans l’imaginaire collectif, le plancton est encore méconnu des gens. Pourtant, son rôle est essentiel.
Nous respirons, en partie, grâce à lui, et c’est ce qu’explique l’animation phare de Noël, à Océanopolis, en présentant différentes espèces planctoniques vivant dans les écosystèmes marins. Un projet réalisé en un an et demi, avec la participation de la station biologique de Roscoff ainsi que Planktomania.
Comme au Futuroscope, les spectateurs devront mettre une paire de lunette 3D pour découvrir ces séduisantes espèces réalisées par un graphiste avec validation des modèles par les chercheurs. Mais la valeur ajoutée réside en la présence de ce médiateur scientifique et de l’apport des partenaires scientifiques, présents pour animer et vulgariser la biodiversité du plancton.
Quatre fois par jour, et pendant 30 minutes, l’immersion dans ce monde encore mystérieux sera proposée. Après la présentation de ces espèces, il sera possible de participer à l’animation microscope, qui permettra d’observer de vrais planctons pêchés le matin même. « Ca permet de switcher entre le virtuel et le réel » explique Nathalie Siche.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP