19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Oiseaux de jardins. L’heure du compte

Oiseaux de jardins. L’heure du compte

Dernière mise à jour le dimanche 25 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 24 Janvier 2015
Visualiser l’article original



Pourquoi compter les oiseaux de jardins ?
Pour savoir ce qu’il en est, tout simplement. Avant que soit lancée cette opération, on n’avait pas de connaissances précises sur les espèces d’oiseaux qui fréquentent les jardins, que ce soit en ville ou à la campagne.
Elle a été initiée par le Groupe d’études ornithologiques des Côtes-d’Armor (GEOCA) en 2009, rejoint l’année suivante par Bretagne-Vivante. Cette initiative a maintenant essaimé à travers toute la France.
Qui peut y participer ?
Tout le monde. Il n’est pas forcément besoin d’avoir un jardin pour participer à cette opération de comptage. Se poster pendant une heure dans les jardins de la Garenne ou ceux de Limur fera très bien l’affaire. La procédure à suivre. Ce n’est pas bien compliqué. Il suffit d’observer pendant une heure son jardin, samedi ou dimanche. De préférence en fin de matinée, entre 11 h et midi, ou en milieu d’après-midi, entre 16 et 17 h. C’est durant ces créneaux horaires que l’on a le plus de chances de voir des oiseaux.
Pour éviter les doubles comptages, ne retenir que le chiffre le plus important d’oiseaux observés. Si deux puis quatre mésanges passent, compter quatre mésanges. Où envoyer son décompte ? Le formulaire se trouve sur le site internet de Bretagne Vivante (www.bretagne-vivante.org). Les espèces les plus courantes y sont répertoriées, ce qui peut aider les ornithologues en herbe. Un succès populaire. Ces trois dernières années, Bretagne-Vivante et le GEOCA ont collecté les données transmises par 15.000 personnes, soit 500.000 informations. Et encore, en 2014 le comptage n’a pas été servi par une météo calamiteuse. Observateurs et oiseaux sont restés à l’abri.
Quels enseignements ? Les éditions précédentes ont montré que le rouge-gorge est l’oiseau le plus présent dans nos jardins (75,4 %). Sur le podium, il devance d’un bec le merle noir (74,9 %) et la mésange bleue (70 %). Ces trois oiseaux sont les plus fréquemment observés, mais ils ne sont pas les plus nombreux. En termes de densité, c’est l’étourneau sansonnet qui l’a emporté l’an dernier, avec en moyenne sur la région 4,5 individus par jardin, suivi par le moineau domestique (3,8) et la mésange bleue (2,7). « Mais cette première place de l’étourneau, inhabituelle, s’explique par les forts effectifs dénombrés dans les Côtes-d’Armor et le Finistère, pas dans le Morbihan », soulignent Patrick Philippon et Jean-Pierre Mousset, de Bretagne-Vivante. Nourrir ou ne pas nourrir ?

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/oiseaux-de-jardins-l-heure-du-compte-24-01-2015-10503500.php

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP