13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Oiseaux de jardins. L’heure du compte

Oiseaux de jardins. L’heure du compte

Dernière mise à jour le dimanche 25 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 24 Janvier 2015
Visualiser l’article original



Pourquoi compter les oiseaux de jardins ?
Pour savoir ce qu’il en est, tout simplement. Avant que soit lancée cette opération, on n’avait pas de connaissances précises sur les espèces d’oiseaux qui fréquentent les jardins, que ce soit en ville ou à la campagne.
Elle a été initiée par le Groupe d’études ornithologiques des Côtes-d’Armor (GEOCA) en 2009, rejoint l’année suivante par Bretagne-Vivante. Cette initiative a maintenant essaimé à travers toute la France.
Qui peut y participer ?
Tout le monde. Il n’est pas forcément besoin d’avoir un jardin pour participer à cette opération de comptage. Se poster pendant une heure dans les jardins de la Garenne ou ceux de Limur fera très bien l’affaire. La procédure à suivre. Ce n’est pas bien compliqué. Il suffit d’observer pendant une heure son jardin, samedi ou dimanche. De préférence en fin de matinée, entre 11 h et midi, ou en milieu d’après-midi, entre 16 et 17 h. C’est durant ces créneaux horaires que l’on a le plus de chances de voir des oiseaux.
Pour éviter les doubles comptages, ne retenir que le chiffre le plus important d’oiseaux observés. Si deux puis quatre mésanges passent, compter quatre mésanges. Où envoyer son décompte ? Le formulaire se trouve sur le site internet de Bretagne Vivante (www.bretagne-vivante.org). Les espèces les plus courantes y sont répertoriées, ce qui peut aider les ornithologues en herbe. Un succès populaire. Ces trois dernières années, Bretagne-Vivante et le GEOCA ont collecté les données transmises par 15.000 personnes, soit 500.000 informations. Et encore, en 2014 le comptage n’a pas été servi par une météo calamiteuse. Observateurs et oiseaux sont restés à l’abri.
Quels enseignements ? Les éditions précédentes ont montré que le rouge-gorge est l’oiseau le plus présent dans nos jardins (75,4 %). Sur le podium, il devance d’un bec le merle noir (74,9 %) et la mésange bleue (70 %). Ces trois oiseaux sont les plus fréquemment observés, mais ils ne sont pas les plus nombreux. En termes de densité, c’est l’étourneau sansonnet qui l’a emporté l’an dernier, avec en moyenne sur la région 4,5 individus par jardin, suivi par le moineau domestique (3,8) et la mésange bleue (2,7). « Mais cette première place de l’étourneau, inhabituelle, s’explique par les forts effectifs dénombrés dans les Côtes-d’Armor et le Finistère, pas dans le Morbihan », soulignent Patrick Philippon et Jean-Pierre Mousset, de Bretagne-Vivante. Nourrir ou ne pas nourrir ?

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/oiseaux-de-jardins-l-heure-du-compte-24-01-2015-10503500.php

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP