19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Oiseaux de jardins. L’heure du compte

Oiseaux de jardins. L’heure du compte

Dernière mise à jour le dimanche 25 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 24 Janvier 2015
Visualiser l’article original



Pourquoi compter les oiseaux de jardins ?
Pour savoir ce qu’il en est, tout simplement. Avant que soit lancée cette opération, on n’avait pas de connaissances précises sur les espèces d’oiseaux qui fréquentent les jardins, que ce soit en ville ou à la campagne.
Elle a été initiée par le Groupe d’études ornithologiques des Côtes-d’Armor (GEOCA) en 2009, rejoint l’année suivante par Bretagne-Vivante. Cette initiative a maintenant essaimé à travers toute la France.
Qui peut y participer ?
Tout le monde. Il n’est pas forcément besoin d’avoir un jardin pour participer à cette opération de comptage. Se poster pendant une heure dans les jardins de la Garenne ou ceux de Limur fera très bien l’affaire. La procédure à suivre. Ce n’est pas bien compliqué. Il suffit d’observer pendant une heure son jardin, samedi ou dimanche. De préférence en fin de matinée, entre 11 h et midi, ou en milieu d’après-midi, entre 16 et 17 h. C’est durant ces créneaux horaires que l’on a le plus de chances de voir des oiseaux.
Pour éviter les doubles comptages, ne retenir que le chiffre le plus important d’oiseaux observés. Si deux puis quatre mésanges passent, compter quatre mésanges. Où envoyer son décompte ? Le formulaire se trouve sur le site internet de Bretagne Vivante (www.bretagne-vivante.org). Les espèces les plus courantes y sont répertoriées, ce qui peut aider les ornithologues en herbe. Un succès populaire. Ces trois dernières années, Bretagne-Vivante et le GEOCA ont collecté les données transmises par 15.000 personnes, soit 500.000 informations. Et encore, en 2014 le comptage n’a pas été servi par une météo calamiteuse. Observateurs et oiseaux sont restés à l’abri.
Quels enseignements ? Les éditions précédentes ont montré que le rouge-gorge est l’oiseau le plus présent dans nos jardins (75,4 %). Sur le podium, il devance d’un bec le merle noir (74,9 %) et la mésange bleue (70 %). Ces trois oiseaux sont les plus fréquemment observés, mais ils ne sont pas les plus nombreux. En termes de densité, c’est l’étourneau sansonnet qui l’a emporté l’an dernier, avec en moyenne sur la région 4,5 individus par jardin, suivi par le moineau domestique (3,8) et la mésange bleue (2,7). « Mais cette première place de l’étourneau, inhabituelle, s’explique par les forts effectifs dénombrés dans les Côtes-d’Armor et le Finistère, pas dans le Morbihan », soulignent Patrick Philippon et Jean-Pierre Mousset, de Bretagne-Vivante. Nourrir ou ne pas nourrir ?

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/oiseaux-de-jardins-l-heure-du-compte-24-01-2015-10503500.php

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP