25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > On ne pêche pas partout pareil !

On ne pêche pas partout pareil !

Dernière mise à jour le mercredi 16 janvier 2013


La pêche européenne fonctionne sur le principe d’une souveraineté transférée : les zones exclusives de chaque pays (200 milles) sont placées dans un pot commun. Ce transfert est de nature seulement halieutique, les autres richesses marines relevant toujours de chaque État. Le changement est tel qu’un pêcheur français ou étranger verbalisé dans les eaux françaises par l’administration française sera jugé en vertu de la réglementation communautaire.

Dans ces zones, la plupart des espèces, comme le lieu noir, le grenadier, le merlu, le cabillaud, l’anchois, la lotte, la langoustine... sont gérées dans le cadre de quotas qui sont attribués chaque année. D’autres espèces ne sont soumises à aucune mesure de gestion communautaire en ce qui concerne leur capture. C’est le cas des céphalopodes, du bar et de la sardine. Mais pour cette dernière, les organisations professionnelles se sont imposé une discipline interne sans valeur réglementaire.

La souveraineté nationale continue de s’exercer directement dans les eaux territoriales (la bande des 12 milles). Là, la gestion est déléguée par l’État aux organisations professionnelles, c’est-à-dire aux comités régionaux et départementaux des pêches. Ceux-ci peuvent proposer des réglementations ou des systèmes de licence qui sont validés par des arrêtés pris par l’État. Cette exclusivité territoriale pourrait être mise en question à Bruxelles, mais le sujet reste brûlant. Comme il n’existe pas de zones exclusives en Méditerranée, la pêche est française dans les 12 milles et libre au-delà. La France a l’intention de créer une zone exclusive devant sa façade, décision dont les conséquences seront progressivement cernées. Sur cette mer, les pêcheurs de thon rouge sont soumis à une réglementation française et communautaire, mais dans un cadre international, celui de la Commission thonière atlantique.

d’après Jacques Le Meur
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP