23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne
Accueil > Actualités de la mer > On ne pêche pas partout pareil !

On ne pêche pas partout pareil !

Dernière mise à jour le mercredi 16 janvier 2013


La pêche européenne fonctionne sur le principe d’une souveraineté transférée : les zones exclusives de chaque pays (200 milles) sont placées dans un pot commun. Ce transfert est de nature seulement halieutique, les autres richesses marines relevant toujours de chaque État. Le changement est tel qu’un pêcheur français ou étranger verbalisé dans les eaux françaises par l’administration française sera jugé en vertu de la réglementation communautaire.

Dans ces zones, la plupart des espèces, comme le lieu noir, le grenadier, le merlu, le cabillaud, l’anchois, la lotte, la langoustine... sont gérées dans le cadre de quotas qui sont attribués chaque année. D’autres espèces ne sont soumises à aucune mesure de gestion communautaire en ce qui concerne leur capture. C’est le cas des céphalopodes, du bar et de la sardine. Mais pour cette dernière, les organisations professionnelles se sont imposé une discipline interne sans valeur réglementaire.

La souveraineté nationale continue de s’exercer directement dans les eaux territoriales (la bande des 12 milles). Là, la gestion est déléguée par l’État aux organisations professionnelles, c’est-à-dire aux comités régionaux et départementaux des pêches. Ceux-ci peuvent proposer des réglementations ou des systèmes de licence qui sont validés par des arrêtés pris par l’État. Cette exclusivité territoriale pourrait être mise en question à Bruxelles, mais le sujet reste brûlant. Comme il n’existe pas de zones exclusives en Méditerranée, la pêche est française dans les 12 milles et libre au-delà. La France a l’intention de créer une zone exclusive devant sa façade, décision dont les conséquences seront progressivement cernées. Sur cette mer, les pêcheurs de thon rouge sont soumis à une réglementation française et communautaire, mais dans un cadre international, celui de la Commission thonière atlantique.

d’après Jacques Le Meur
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP