23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer
Accueil > Actualités de la mer > On nous pousse à faire de la pêche industrielle

On nous pousse à faire de la pêche industrielle

Dernière mise à jour le mardi 8 janvier 2013

Article paru
sur le site "Ouest France" - 07 Janvier 2013
Visualiser l’article original


Quel bilan dressez-vous de l’année 2012 ?

Très mitigé. C’est une année moyenne en terme de quantités pêchées mais ce sont les cycles naturels. Il vaut mieux avoir une petite année et avoir des cours qui remontent que d’inonder le marché et ne rien vendre. Cependant, jusqu’en mai les cours des coquillages et des poissons étaient corrects avant de baisser. De plus, il faut prendre en compte le gazole qui a un impact important. On est passé de 0,50 €/litre à 0,70 €/litre. En 2011, nous avions fait le même chiffre d’affaires qu’en 2010 sauf que le budget gazole d’un bateau sur cette période était passé de 63 000 € à 93 000 €, ce qui a fait fondre la trésorerie. Avec un bilan mitigé en 2012, plusieurs bateaux sont encore plus dans le rouge.

Un après la réforme des comités locaux de pêche, quel est votre sentiment ?

Nous avons tiré toutes les ficelles que nous avons pu pour nous opposer à ce projet, mais nous nous sommes retrouvés seuls à nous défendre. La conséquence c’est une perte d’autonomie qui complique le système. De plus, on a justifié cette réforme par la mutualisation des moyens et la réalisation d’économies. Or, entre la mise en place et le fonctionnement, la structure des marins-pêcheurs coûte plus cher.

Quelles sont vos préoccupations pour cette nouvelle année ?

Nous cherchons actuellement un matelot mais on ne trouve pas. C’est un métier dur qui est en plus soumis à des obligations administratives comme une formation en école. Un stage de sécurité et une visite médicale, très bien, mais on n’est pas des Bac + 4, c’est une profession qu’on apprend en se mettant en situation. C’est à nous de savoir si les gars sont capables d’être en mer. Concernant l’Europe, on craint la mise en place de la Politique commune de pêche (PCP) qui impose le zéro rejet pour tous les chalutiers. Actuellement, si une espèce ne nous intéresse pas, que l’on n’a pas le droit de la pêcher ou qu’il s’agit de juvéniles, on remet à l’eau. Avec cette disposition européenne, on va détruire des milliers d’individus qui auraient pu retrouver la mer, tout ça pour en faire de la farine d’aquaculture. On veut nous amener à faire de la pêche industrielle et minotière. Avec le zéro rejet, on a deux ans à vivre. Il faut arrêter ça, c’est une hérésie.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP