10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > On nous pousse à faire de la pêche industrielle

On nous pousse à faire de la pêche industrielle

Dernière mise à jour le mardi 8 janvier 2013

Article paru
sur le site "Ouest France" - 07 Janvier 2013
Visualiser l’article original


Quel bilan dressez-vous de l’année 2012 ?

Très mitigé. C’est une année moyenne en terme de quantités pêchées mais ce sont les cycles naturels. Il vaut mieux avoir une petite année et avoir des cours qui remontent que d’inonder le marché et ne rien vendre. Cependant, jusqu’en mai les cours des coquillages et des poissons étaient corrects avant de baisser. De plus, il faut prendre en compte le gazole qui a un impact important. On est passé de 0,50 €/litre à 0,70 €/litre. En 2011, nous avions fait le même chiffre d’affaires qu’en 2010 sauf que le budget gazole d’un bateau sur cette période était passé de 63 000 € à 93 000 €, ce qui a fait fondre la trésorerie. Avec un bilan mitigé en 2012, plusieurs bateaux sont encore plus dans le rouge.

Un après la réforme des comités locaux de pêche, quel est votre sentiment ?

Nous avons tiré toutes les ficelles que nous avons pu pour nous opposer à ce projet, mais nous nous sommes retrouvés seuls à nous défendre. La conséquence c’est une perte d’autonomie qui complique le système. De plus, on a justifié cette réforme par la mutualisation des moyens et la réalisation d’économies. Or, entre la mise en place et le fonctionnement, la structure des marins-pêcheurs coûte plus cher.

Quelles sont vos préoccupations pour cette nouvelle année ?

Nous cherchons actuellement un matelot mais on ne trouve pas. C’est un métier dur qui est en plus soumis à des obligations administratives comme une formation en école. Un stage de sécurité et une visite médicale, très bien, mais on n’est pas des Bac + 4, c’est une profession qu’on apprend en se mettant en situation. C’est à nous de savoir si les gars sont capables d’être en mer. Concernant l’Europe, on craint la mise en place de la Politique commune de pêche (PCP) qui impose le zéro rejet pour tous les chalutiers. Actuellement, si une espèce ne nous intéresse pas, que l’on n’a pas le droit de la pêcher ou qu’il s’agit de juvéniles, on remet à l’eau. Avec cette disposition européenne, on va détruire des milliers d’individus qui auraient pu retrouver la mer, tout ça pour en faire de la farine d’aquaculture. On veut nous amener à faire de la pêche industrielle et minotière. Avec le zéro rejet, on a deux ans à vivre. Il faut arrêter ça, c’est une hérésie.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP