20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)
Accueil > Actualités de la mer > Orléans, ville test pour l’énergie hydraulique

Orléans, ville test pour l’énergie hydraulique

Dernière mise à jour le dimanche 5 mai 2013

Article paru
sur le site "La.rep.fr" - 03 Mai 2013
Visualiser l’article original


Une entreprise grenobloise, Hydroquest, va installer un prototype à Orléans. Un nouveau moyen de produire de l’électricité.

Récupérer l’énergie dispensée par la vitesse de l’eau, grâce à des éoliennes immergées, pour produire une électricité économique et régulière. Un marché mondial qui n’en est qu’à ses balbutiements, au stade de l’expérimentation en mer. Mais qui pourrait aussi s’appliquer aux fleuves et aux estuaires… grâce à un test national grandeur nature qui sera mené en Loire, à Orléans, entre les ponts George-V et de l’Europe, l’an prochain.

C’est une entreprise de Grenoble, Hydroquest, créée en 2010, qui installera cette hydrolienne. Un prototype d’une dizaine de tonnes, « à flux vertical », arrimé à une barge flottante de 5 m sur 6, a priori insonore et sans danger pour la faune et la flore.
Démonstrateur
en milieu naturel

Ce prototype permettra, au consortium réuni par la jeune entreprise, d’affiner son offre. « Des clients nous ont contactés, sous réserve des résultats d’un démonstrateur en milieu naturel », explique Jean-François Simon, le président d’Hydroquest. La turbine orléanaise jouera ce rôle pendant un an.

Ce projet de 36 mois, dénommé Hydrofluv, doit aboutir à la vente de 380 hydroliennes fluviales entre 2016 et 2020 et 200 hydroliennes par an à partir de 2020. Dont environ 90 % à l’export : « Aux États-Unis où j’ai vécu, en Chine, en Inde… là où il y a de l’eau », énumère l’ingénieur.

Sa petite PME de 10 salariés espère ainsi atteindre un chiffre d’affaires de 50 à 80 millions d’euros dans les huit ans, et créer une centaine d’emplois, voire 250 si l’on inclut les autres partenaires. Le potentiel mondial serait d’environ 15 milliards d’euros entre aujourd’hui et 2020, selon Jean-François Simon.

Les sites restent à explorer, comme il l’explique : si les débits fluviaux sont connus, ce n’est pas le cas de la vitesse de l’eau. La Loire apparaît prometteuse, sur le site orléanais retenu, à l’initiative du maire. « Nous saurons extrapoler les données même si la vitesse n’est pas celle souhaitée », souligne l’ingénieur.

Hydrofluv vient de recevoir le financement du 15 e appel à projets du fonds unique interministériel, soit 960.000 euros sur un budget total de 2,45 millions d’euros.
Une réunion de lancement dans
les jours à venir

Voilà qui va faire entrer l’opération, colabellisée par le pôle de compétitivité Dream, dans une phase plus pratique. Une réunion aura lieu en juin entre les différents acteurs du consortium, notamment EDF (qui co-détient, avec la jeune entreprise, une importante grappe de neuf brevets), Artelia, un laboratoire du CNRS, ou encore l’agence régionale du cabinet Biotope (lire plus bas).
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP