21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale
Accueil > Actualités de la mer > Orléans, ville test pour l’énergie hydraulique

Orléans, ville test pour l’énergie hydraulique

Dernière mise à jour le dimanche 5 mai 2013

Article paru
sur le site "La.rep.fr" - 03 Mai 2013
Visualiser l’article original


Une entreprise grenobloise, Hydroquest, va installer un prototype à Orléans. Un nouveau moyen de produire de l’électricité.

Récupérer l’énergie dispensée par la vitesse de l’eau, grâce à des éoliennes immergées, pour produire une électricité économique et régulière. Un marché mondial qui n’en est qu’à ses balbutiements, au stade de l’expérimentation en mer. Mais qui pourrait aussi s’appliquer aux fleuves et aux estuaires… grâce à un test national grandeur nature qui sera mené en Loire, à Orléans, entre les ponts George-V et de l’Europe, l’an prochain.

C’est une entreprise de Grenoble, Hydroquest, créée en 2010, qui installera cette hydrolienne. Un prototype d’une dizaine de tonnes, « à flux vertical », arrimé à une barge flottante de 5 m sur 6, a priori insonore et sans danger pour la faune et la flore.
Démonstrateur
en milieu naturel

Ce prototype permettra, au consortium réuni par la jeune entreprise, d’affiner son offre. « Des clients nous ont contactés, sous réserve des résultats d’un démonstrateur en milieu naturel », explique Jean-François Simon, le président d’Hydroquest. La turbine orléanaise jouera ce rôle pendant un an.

Ce projet de 36 mois, dénommé Hydrofluv, doit aboutir à la vente de 380 hydroliennes fluviales entre 2016 et 2020 et 200 hydroliennes par an à partir de 2020. Dont environ 90 % à l’export : « Aux États-Unis où j’ai vécu, en Chine, en Inde… là où il y a de l’eau », énumère l’ingénieur.

Sa petite PME de 10 salariés espère ainsi atteindre un chiffre d’affaires de 50 à 80 millions d’euros dans les huit ans, et créer une centaine d’emplois, voire 250 si l’on inclut les autres partenaires. Le potentiel mondial serait d’environ 15 milliards d’euros entre aujourd’hui et 2020, selon Jean-François Simon.

Les sites restent à explorer, comme il l’explique : si les débits fluviaux sont connus, ce n’est pas le cas de la vitesse de l’eau. La Loire apparaît prometteuse, sur le site orléanais retenu, à l’initiative du maire. « Nous saurons extrapoler les données même si la vitesse n’est pas celle souhaitée », souligne l’ingénieur.

Hydrofluv vient de recevoir le financement du 15 e appel à projets du fonds unique interministériel, soit 960.000 euros sur un budget total de 2,45 millions d’euros.
Une réunion de lancement dans
les jours à venir

Voilà qui va faire entrer l’opération, colabellisée par le pôle de compétitivité Dream, dans une phase plus pratique. Une réunion aura lieu en juin entre les différents acteurs du consortium, notamment EDF (qui co-détient, avec la jeune entreprise, une importante grappe de neuf brevets), Artelia, un laboratoire du CNRS, ou encore l’agence régionale du cabinet Biotope (lire plus bas).
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP