15 décembre : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendue14 décembre : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de bar13 décembre : Huîtres. Sous haute surveillance 12 décembre : Pêche électrique. Intermarché vent debout11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !
Accueil > Actualités de la mer > Ormeau. La licence coince à Ouessant

Ormeau. La licence coince à Ouessant

Dernière mise à jour le dimanche 9 février 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 06 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



Ça chauffe autour d’une licence professionnelle de pêche à l’ormeau à Ouessant ! Le parc marin d’Iroise vient d’autoriser un plongeur avec bouteille à collecter 8.400 ormeaux par an autour de l’île. Les pêcheurs loisirs ne décolèrent pas.
Mélodrame à la sauce ouessantine ! Une sauce au beurre salé évidemment, mais un beurre fondu qui pourrait bien tourner au vinaigre tant le sujet des ormeaux, sur les îles, comme le long de la côte nord finistérienne, est corsé.

Survie économique

Le parc marin d’Iroise vient d’accorder à un plongeur professionnel, installé sur l’île depuis 2008, une licence de ramassage des ormeaux en plongée. Bertrand Terkowsky de la société Scaph’Eusa a été autorisé à prélever, du 15 septembre au 31 mars, jusqu’à 8.400 pièces d’au moins 9 cm. « Avoir une activité hivernale, c’était une question de survie pour mon entreprise à l’activité très estivale (corps-morts, renflouage, services portuaires...) ». Installé depuis 2008, ce Nancéen de 35 ans, arrivé en Bretagne depuis onze ans, attendait depuis six ans cette licence de pêche. Cette autorisation va lui permettre de compléter d’environ 20.000 € un chiffre d’affaires actuellement insuffisant pour maintenir son activité sur l’île à l’année. Mais du côté des Ouessantins purs jus, le mécontentement roule aussi fort que le Fromveur par gros coefficient. « Sur l’île, il n’y a déjà pas grand-chose à faire et peu de petits plaisirs, alors si on ne trouve plus nos ormeaux, c’est le début de la fin », commentent ceux qui descendent encore entre les cailloux, les jours de grande marée.

« Pas aux mêmes endroits »

Bertrand Terkowsky tente de faire redescendre la pression. « Je ne travaillerai pas aux mêmes endroits que les pêcheurs à pied », explique le plongeur professionnel, épaulé par un jeune îlien, Guillaume-André Dulieu, qu’il compte bien continuer à salarier à l’année. « Je ne collecterai pas les ormeaux des pêcheurs loisirs », assure le professionnel qui ne sait même pas s’il atteindra le quota de cette « petite licence, une des plus faibles de Bretagne », sur les 18 licences accordées en Finistère. « Je n’ai pas le sentiment que cela fasse autant de bruit que cela à Ouessant. C’est une île vieillissante, il n’y a plus grand monde à aller pêcher l’ormeau sur l’île », estime le patron de Scaph’Eusa. « Mon activité n’aura aucun impact sur le ramassage de loisir », (20 ormeaux de 9 cm par jour de plus de 95 de marée, dans moins de 30 cm d’eau).

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP