23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Ostréiculteurs. La difficile conversion vers les algues

Ostréiculteurs. La difficile conversion vers les algues

Dernière mise à jour le jeudi 15 septembre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 Septembre 2016
Visualiser l’article original


« Il fallait trouver autre chose. » Ostréiculteur depuis 1972 à Riec-sur-Belon (29), Josick Thaëron a vite compris qu’il valait mieux ne pas avoir « les deux pieds dans le même sabot » (ou la même botte plutôt). « Depuis que je suis rentré dans le métier, je n’ai connu que des épizooties : chaque année, c’est un nouveau coquillage qui est touché. Il y a eu l’huître plate, l’huître creuse portugaise, et maintenant la moule ! »
« Des infrastructures communes » avec les huîtres

Le conchyliculteur en a eu marre de voir « claquer dans ses doigts un produit que vous avez bichonné pendant des années ». L’idée de se lancer « dans le végétal » lui trottait dans la tête depuis 2010. Il s’est plongé dans l’algoculture en fondant sa société (Algolesko) à Lesconil, en Pays bigouden, avec deux associés (Jakès Prat et Philippe Legorjus) en 2013.

C’est une des options de diversification en vogue au salon de la conchyliculture (qui s’est terminée hier à Vannes). « L’avantage pour les ostréiculteurs, c’est que les infrastructures sont communes avec les huîtres », résume Pierre James, un des responsables du Centre d’étude et de valorisation des algues.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP