21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des (...)

Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries

Dernière mise à jour le lundi 20 novembre 2017

Article paru sur le site "Charente Libre :"
- 30 Août 2015
Visualiser l’article original


Sur le marché ensoleillé d’Arradon, dans le golfe du Morbihan, Yvonnig Jegat invite avec conviction le promeneur à goûter ses huîtres charnues, annonçant la couleur sur son étal : "ostréiculteur traditionnel, huîtres nées en mer".

Car, contrairement aux apparences, toutes les huîtres, dont la France est le premier pays producteur en Europe, ne naissent pas en mer : environ la moitié de ces mollusques voient le jour en écloserie, et une bonne part sont des "triploïdes", des huîtres censées être stériles, un procédé mis au point et breveté par Ifremer.

En l’absence d’étiquetage, la confusion entretenue aux yeux du consommateur entre les deux modes de production révulse Yvonnig Jegat : "Si j’allais vendre de la ’triplo’ au marché d’Arradon, j’aurais l’impression de tromper les gens", assure-t-il.

Benoît Le Joubioux est le président de l’association des ostréiculteurs traditionnels, qui rassemble environ 80 producteurs du littoral français. L’association a pour objectif de valoriser l’huître née en mer, à commencer par l’obtention d’un étiquetage différencié.

Car pour M. Le Joubioux, la surmortalité qui a affecté ces dernières années la production d’huîtres a très certainement un lien avec son éloignement des processus naturels, tant en termes de reproduction que de concentration dans les parcs.

En France, le volume est tombé de plus de 110.000 tonnes en 2008 à environ 80.000 tonnes, et la filière reste durablement fragilisée.

Pour Benoît Le Joubioux, "c’est une aberration d’introduire une espèce manipulée dans un milieu ouvert comme la mer". Mais le problème, "c’est d’avoir des preuves !".

Des ostréiculteurs en dépendance

Pourtant, lors de leur apparition il y a une quinzaine d’années, les triploïdes, qualifiées scientifiquement d’organismes vivants modifiés (OVM), sont apparues comme une véritable innovation : croissance nettement plus rapide et absence de laitance pendant la période de reproduction leur ont valu l’appellation "d’huîtres des quatre saisons".

Revers de la médaille : étant théoriquement stériles, elles impliquent une dépendance de l’ostréiculteur vis à vis des écloseries reproductrices.

"C’est un peu offrir le monde de Monsanto à nos enfants", commente, dépité, Yvonnig Jegat, qui, avec six salariés, fait tout lui-même, du captage de naissain en mer aux semailles au fond du golfe.

"On défend un produit 100% naturel qui a acquis ses lettres de noblesse grâce à la nature", renchérit Benoît Le Joubloux, stigmatisant les "huîtres standard" en milieu confiné développées par de gros producteurs.

"On est un des derniers métiers naturels, avec l’apiculture. L’huître, c’est un baromètre de la qualité de l’eau".

Parvenir à différencier ces deux types de production, c’est aussi le défi auquel s’est attelé le sénateur du Morbihan, Joël Labbé (EELV), qui a organisé au Sénat en juin un colloque sur l’ostréiculture.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP