29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large
Accueil > Actualités de la mer > Ouessant. Premier bilan pour l’hydrolienne D10

Ouessant. Premier bilan pour l’hydrolienne D10

Dernière mise à jour le dimanche 17 juillet 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 15 Juillet 2016
Visualiser l’article original


Immergée il y a un an dans le courant du Fromveur, à environ 2 km d’Ouessant, l’hydrolienne D10 de Sabella a retrouvé la terre ferme, hier, au port de Brest.
Optimisée durant les prochains mois, elle y retournera en fin d’année. « L’opération s’est impeccablement bien déroulée », s’est félicité hier Jean-Christophe Allo, chef de projet chez Sabella. « Trois à quatre mois sont désormais nécessaires pour répondre à deux objectifs, détaille-t-il : remettre en état la partie extérieure du câble et contrôler la turbine pour alimenter un retour d’expérience après ce fonctionnement grandeur réelle ».
Ré-immergée en fin d’année
Ainsi, après avoir été déconnectée, puis démontée de son embase qui repose par 55 m de fond, l’impressionnante turbine de 140 tonnes a été hissée hors de l’eau par l’Aker-Wayfarer. Véritable usine flottante, ce navire est muni de moyens de levage hors du commun, qui lui permettent de soulever 400 tonnes à 15 m et 225 tonnes à 25 m. Parti d’Angleterre lundi, le navire de la compagnie Akofs Offshore est resté moins de 48 heures sur zone.
Le temps de déconnecter le câble et de relever la turbine. Hier matin, l’AkerWayfarer a délicatement déposé sa cargaison, quai de réparation numéro 1 du chantier Damen.
Désormais, elle va être nettoyée, démontée et vérifiée par plusieurs équipes successives. « Cela va nous permettre de l’optimiser pour alimenter notre laboratoire recherche et développement », poursuit Jean-Christophe Allo. L’hydrolienne devrait être à nouveau immergée, en octobre-novembre, avant les tempêtes hivernales.
Objectif : 70% des besoins de l’île

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP