19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)
Accueil > Actualités de la mer > Oui au parc naturel marin, mais...

Oui au parc naturel marin, mais...

Dernière mise à jour le mardi 28 février 2012

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Samedi 18 Février 2012
Visualiser l’article original



Oui au parc naturel marin, mais...

Le Conseil municipal a donné jeudi soir un avis très favorable au projet de création du parc naturel marin (PNM) du bassin d’Arcachon et un avis défavorable à la proposition de composition du conseil de gestion en demandant à ce que ce dernier soit limité à 50 membres maximum.

C’est François Deluga qui a rapporté cette délibération, ne manquant pas de rappeler en préambule que dès le mois d’octobre 2008 il « proposait à tous les élus, les professionnels de la mer et les habitants du bassin d’Arcachon la création du parc naturel marin ». Il faut dire que le sujet avait été au cœur de sa campagne du moment.

Fragile équilibre
« Le projet lancé voici trois ans aboutit aujourd’hui à une concertation et une élaboration qui ont associé toutes les forces vives de notre territoire de manière exemplaire » a rajouté le député maire PS en rappelant les vocations du PNM. Et ses enjeux. La croissance démographique constante du bassin d’Arcachon nécessitait de se doter d’un instrument de protection et de valorisation de notre plan d’eau étant donné la fragilité du milieu marin dont les activités ostréicoles et de pêche sont totalement dépendantes. »

Ne manquant pas d’évoquer les crises sanitaires, l’édile a expliqué que la philosophie du PNM « induit une gouvernance partagée où aucune force n’ait la majorité […]. La proposition de composition du conseil de gestion soumise à l’enquête publique et à l’avis des communes n’est de notre point de vue pas conforme à cette démarche. La proposition faite au dernier moment de porter de 12 à 25 le nombre de représentants des collectivités territoriales au sein du conseil de gestion, soit à plus de 40 %, rompt l’équilibre qui avait été trouvé. Elle n’est pas acceptable. »

Et de demander un retour à 30 % de leur représentativité afin que « le risque de minoration des représentants des professionnels, des associations et des personnalités qualifiées soit écarté. »

Les craintes de l’opposition
Laurence De Andrade, élue de l’opposition (UMP) a expliqué que son groupe émettait a contrario un avis favorable sur la composition du conseil de gestion et un avis défavorable quant au périmètre qui exclut le Teich et le delta de la Leyre. « Nous restons très prudents » a-t-elle encore expliqué en évoquant le coup estimé du PNM de 2 millions d’euros par an.

« J’avais déjà lu la même phrase, mot pour mot, dans l’opposition UMP d’Audenge » s’est amusé François Deluga en rappelant que « le projet n’excluait pas du tout le Teich » et qu’il s’agissait d’une « interprétation oiseuse ».

« La loi prévoit que lorsqu’il existe déjà un parc naturel régional (PNR), il n’y ait pas de chevauchement possible avec un parc naturel marin. Si nous n’avions pas déjà été dans le parc naturel régional, nous aurions fait partie du parc naturel marin. Et les textes prévoient qu’il y ait des concertations pour régler les espaces qui se touchent. »

Quant au coût évoqué par Mme De Andrade, François Deluga s’est borné à rappeler que la politique des aires marines protégées était une politique du gouvernement actuel. « Je suppose que si l’État lance les études, c’est qu’il entend concrétiser le projet. Je ne suis pas inquiet pour l’instant et cela n’aura aucun impact sur nos finances locales. »



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP