18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche
Accueil > Actualités de la mer > Pacte d’avenir pour la Bretagne. Le siège d’Ifremer à Brest

Pacte d’avenir pour la Bretagne. Le siège d’Ifremer à Brest

Dernière mise à jour le dimanche 29 décembre 2013

Article paru
sur le site "a-Brest" - Décembre 2013
Visualiser l’article original


Le 13 décembre, le Premier Ministre a annoncé les décisions prises par l’Etat dans le cadre du Pacte d’Avenir. Un moment fort pour l’ensemble des acteurs économiques bretons, et pour les brestois l’assurance du renforcement de la légitimité de leur territoire dans le domaine de la mer. En effet l’annonce du transfert du siège social de l’Ifremer, l’institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer a été faite.

Ifremer, LE centre national de recherche pour la connaissance et l’exploitation de la mer.
Ifremer est considéré par ses pairs, qu’ils soient français ou internationaux, comme LA référence française quant à la recherche liée à la mer. Son principal établissement est implanté à Brest depuis 1960, sur le site du Technopôle Brest-Iroise. 650 salariés de l’Ifremer : chercheurs, ingénieurs, techniciens et personnels administratifs, travaillent sur ce site.

Ifremer, chef de file national en sciences de la mer, contribue de façon significative à la structuration de la recherche française dans ce secteur. Il a su tisser des partenariats forts avec d’autres organismes en France mais aussi à l’étranger où il incarne l’excellence française en sciences de la mer.

Cette reconnaissance lui permet d’être le partenaire français de référence des grandes institutions homologues dans le monde telles que le Woods Hole Oceanographic Institution, le Jamstec au Japon ou encore Geomar en Allemagne.

Sciences et Technologies de la Mer : la Bretagne Occidentale le leader national du domaine.
Brest, avec Roscoff, représente ensemble la plus forte concentration de chercheurs et d’équipements de recherche publics en France dans le secteur des sciences et technologies marines. C’est une des premières places mondiales qui se compare à Tokyo, San Diego, Shanghai ou encore Hobart. Au-delà de la quantité, c’est la qualité qui distingue cette communauté scientifique. Elle s’est en particulier illustrée par ses succès au Programme des Investissements d’Avenir en obtenant un Labex, plusieurs Equipex, une infrastructure nationale en biologie/santé ou encore un Institut d’Excellence en Energies Décarbonnées France Energies Marines.

Le Campus Mondial de la Mer, une démarche pour le développement de l’économie maritime durable, la « croissance bleue ».

Le Campus Mondial de la Mer est une initiative engagée conjointement par les structures fédératives de la communauté des sciences et technologies marines : Europôle Mer, Pôle Mer Bretagne et Technopôle Brest Iroise. Elle réunit les universités et écoles d’ingénieurs, les entreprises, les établissements de recherche nationaux et collectivités territoriales. L’ambition est de faire de la pointe de la Bretagne LA place mondiale de l’étude des océans et des mers et de leur valorisation.

Les objectifs qui accompagnent cette ambition sont :
1) développer une société de la connaissance marine et maritime pour comprendre les enjeux scientifiques et sociétaux, et anticiper les défis de demain,
2) s’engager dans le développement d’une économie maritime bretonne et française forte,
3) assurer le rayonnement international de la France maritime à travers la Bretagne, de ses acteurs et de ses atouts.

C’est au travers d’une action coordonnée de promotion de la recherche, de rapprochement des laboratoires et des entreprises, de valorisation de la recherche et d’aide au développement et à l’internationalisation des PME que le « Campus Mondial de la Mer » entend conquérir des marchés à fort potentiel tels que :
• la production des énergies marines renouvelables,
• l’exploration et l’exploitation des ressources énergétiques et minérales en eaux profondes, l’exploitation des bioressources marines,
• le développement des biotechnologies pour la santé,
• l’alimentation et le bien-être,
• le transport maritime sûr et durable
• ou encore la sécurité et sûreté des activités en mer.

Le Campus Mondial de la Mer se positionne ainsi comme un acteur majeur au service de la croissance bleue.

Le siège de l’Ifremer à Brest
Dans un contexte de mondialisation, chaque secteur économique a besoin de son leader national. Le positionnement du siège de l’Ifremer au sein du Campus Mondial de la Mer confirme le rôle de leader français des sciences et technologies marines à la métropole brestoise au cœur de la Bretagne occidentale. L’Europôle Mer, le Pôle Mer Bretagne et le Technopôle Brest Iroise saluent cette décision stratégique de l’Etat de placer au cœur du plus important pôle scientifique et technologique de la mer en France le siège de l’Ifremer.

_ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP