15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites
Accueil > Actualités de la mer > Paimpol. Enquête sur l’exploitation du sable coquillier de la (...)

Paimpol. Enquête sur l’exploitation du sable coquillier de la Horaine

Dernière mise à jour le lundi 14 mai 2012

Article paru sur le site "Ouest-France" - Mercredi 9 Mai 2012
Visualiser l’article original



Paimpol. Enquête sur l’exploitation du sable coquillier de la Horaine

Dimanche, à Trébeurden (Côtes d’Armor), on manifestera pour protester contre l’extraction de sable en baie de Lannion par la Can qui veut aussi étendre l’une de ses zones d’exploitation au large de Paimpol.

La Compagnie armoricaine de navigation

La compagnie armoricaine de navigation est un armateur sablier. Créée en 1994 et basée à Pontrieux, elle est une filiale du groupe breton Roullier. Elle travaille à l’extraction des granulats marins et aux dragages maritimes, portuaires et fluviaux. La Can exploite actuellement des bancs de maërl et de sable coquillier, dont le gisement de la Horaine.

À la Horaine

L’entreprise a demandé une autorisation d’ouverture de travaux à la Horaine pour pallier la fermeture des gisements de maërl. Aujourd’hui, elle prélève 80 000 m3 de sable coquillier par an sur ce site. Elle souhaiterait passer à 125 000 m3 annuels sur une durée de 23 ans. Cette demande a été soumise à une enquête publique.

Grenelle de la mer

Depuis le Grenelle de la mer, la réglementation sur l’exploitation des fonds marins du domaine public s’est renforcée. « Aujourd’hui, pour avoir le droit d’exploiter un gisement, il faut conjuguer deux autorisations, un titre minier et l’ouverture des travaux. Le titre minier s’obtient par décret du Conseil d’État, signé par le Premier ministre et le Ministère concerné, en l’occurrence, celui de l’Industrie. Et l’ouverture des travaux est accordée ...

Lire l’article complet sur Ouest-France ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP