15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous
Accueil > Actualités de la mer > Parc marin. La récolte d’algues inquiète

Parc marin. La récolte d’algues inquiète

Dernière mise à jour le jeudi 11 avril 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 11 Avril 2013
Visualiser l’article original


ans un courrier en date du 8 février, Raymond Mellaza, maire de Lanildut, et Didier Le Gac, maire de Lampaul-Plouarzel, ont interpellé Pierre Maille, président du parc marin d’Iroise, sur la question de la récolte de l’algue hyperboréa. « Maires de communes littorales dont les développements respectifs ont toujours été étroitement liés à l’exploitation de la ressource maritime, quelle que soit sa forme ? poissons, crustacés, goémons, sable, etc. ? nous souhaitons aujourd’hui attirer votre attention sur les conséquences prévisibles d’une récolte trop importante de l’algue "laminaria hyperborea" », disent les deux élus.

Expérimentée depuis 15 ans

« Nous craignons, en effet, que cette pêche ne vienne mettre à mal l’équilibre déjà fragile des différents usages de la mer d’Iroise. Ainsi, contactés récemment par les agents du parc marin, dans le cadre d’une démarche de concertation que nous saluons par ailleurs, nous avons appris que la récolte allait considérablement augmenter dans les mois à venir (elle devrait passer de 10.000 à 30.000 tonnes, NDLR). « La récolte, qui se fait à l’aide d’un peigne tracté sur le fond, est toujours autorisée, à ce jour, à un seul stade expérimental, et normalement soumise à dérogation. Tant que l’impact de cette expérimentation n’aura pas été évalué, nous nous étonnons que les tonnages annuels de cette récolte puissent être augmentés de la sorte. Nous craignons que cette méthode du peigne cause des dommages irréversibles. « Nous pensons que ce dossier doit être emblématique de la démarche de concertation qui anime votre conseil de gestion où tous les usagers de la mer d’Iroise sont représentés. Des propositions pourraient être formulées à l’attention des professionnels de cette pêche : respect des périodes de reproduction, identification des bateaux dans les zones, et secteurs autorisés, débarquement surveillé, sanctuarisation de plusieurs secteurs... ».

Inquiets pour l’emploi

La récolte de l’algue hyperboréa est, en effet, effectuée au coeur de l’aire marine protégée. « Nous ne sommes pas contre la récolte de cette algue, poursuit Jean-François Rocher, maire de Molène, car les goémoniers doivent travailler. Mais nous nous inquiétons : dans 20 ans, les pêcheurs vont nous dire qu’il n’y a plus rien à pêcher. Il ne faut pas concentrer la récolte de cette algue uniquement sur la côte nord. La méthode du peigne norvégien n’est pas adaptée à nos fonds marins. Le croc retourne des blocs de plusieurs tonnes. Il n’y a plus d’habitat pour la faune. C’est une expérimentation qui dure, avec des engins plus gros qu’initialement. Les goémoniers ont amélioré le matériel mais il faut une autre méthode de récolte ».

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP