22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Pays-Bas. Des patates au sel contre la faim dans le monde

Pays-Bas. Des patates au sel contre la faim dans le monde

Dernière mise à jour le mardi 5 mai 2015

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 01 Mai 2015
Visualiser l’article original



Pommes de terre, salades ou carottes poussent dans l’eau salée au nord des Pays-Bas. Une expérience comme une aide aux mal-nourris de la planète habitant en terres hostiles.

Battu par les vents violents en provenance de la mer des Wadden, un petit champ situé sur l’île de Texel, dans le nord des Pays-Bas, pourrait bien apporter une réponse à la faim dans le monde. Là poussent, en effet, des pommes de terre dans de l’eau salée. Mettant à mal les théories agricoles actuelles selon lesquelles cultures et sel ne font pas bon ménage, le projet pourrait être une parade au problème de la salinisation des sols, qui menace la sécurité alimentaire de millions de personnes.
Entre les moutons et les digues de l’île de Texel, Marc van Rijsselberghe a ainsi planté une trentaine de variétés de pommes de terre. « Nous distribuons sept concentrations d’eau sur le champ d’essai, de l’eau douce à l’eau de mer », explique cet agriculteur de 60 ans : « on jette ce qui meurt et on étudie ce qui survit ».
Des tests sans laboratoire et sans OGM

Dans cette « Ferme des patates salées », il n’y a d’ailleurs pas que des pommes de terres au menu : Marc et son équipe, soutenus par l’Université d’Amsterdam, étudient la compatibilité avec le sel des carottes, des fraises, des oignons, des salades, etc. Les expériences ont commencé début 2006, avec en toile de fond l’idée de venir en aide aux mal-nourris sur la planète.

Sur place, la petite équipe de chercheurs, fermiers et ouvriers agricoles teste sans laboratoire et sans organismes génétiquement modifiés (OGM) toutes les plantes à sa disposition pour savoir lesquelles survivront dans un environnement à haute teneur en sel.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP