20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne

Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne

Dernière mise à jour le mardi 30 janvier 2018

Article paru sur le site "Ouest-France :"
- 23 Janvier 2018
Visualiser l’article original


En Normandie, pour le comité régional des pêches, 2018 devrait voir émerger de nouvelles avancées pour la filière. Le Brexit inquiète néanmoins les professionnels.

2 200 marins

Depuis la fusion des comités régionaux de Haute et Basse-Normandie et l’élection à sa tête de Dimitri Rogoff, les activités n’ont pas manqué. Le comité régional emploie désormais 18 personnes, et gère un budget de 1,7 million d’euros.

« Il faut redéfinir les fiches de poste de chacun avec les nouveaux moyens de travail à distance. » Les cotisations, même si elles ont été harmonisées, ne permettent pas de couvrir ce budget. Le comité régional gère aujourd’hui 600 navires, 2 200 marins, 300 pêcheurs à pied et 780 km de côtes.
Pêche au bar

Dimitri Rogoff ne se satisfait pas des moratoires sur certaines espèces. Dont le quota de 100 kg de bars mensuels pour les chaluts de fond. « Nous voulions plus de souplesse car on voit de petits bars revenir. »

Pour les pêcheurs ligneurs, le quota annuel de bar est descendu à 5 t. « D’un côté, les chaluts rejettent les bars et de l’autre, les ligneurs tirent la langue. Il y a un manque de cohérence. »

Conséquences du Brexit

Alors que les négociations entre États avancent sur le Brexit, Dimitri Rogoff estime qu’ « il n’y a pas de visibilité pour la pêche. Sera-t-elle négociée en 2019 ? Les pêcheurs du Royaume-Uni ont gros à perdre s’ils massacrent la pêche des autres. »

En ce qui concerne la zone des 6-12 milles dans laquelle les Français peuvent pêcher au sud de l’Angleterre, le comité doit évaluer son impact économique avant d’avancer des propositions.
…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP