23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne

Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne

Dernière mise à jour le mardi 30 janvier 2018

Article paru sur le site "Ouest-France :"
- 23 Janvier 2018
Visualiser l’article original


En Normandie, pour le comité régional des pêches, 2018 devrait voir émerger de nouvelles avancées pour la filière. Le Brexit inquiète néanmoins les professionnels.

2 200 marins

Depuis la fusion des comités régionaux de Haute et Basse-Normandie et l’élection à sa tête de Dimitri Rogoff, les activités n’ont pas manqué. Le comité régional emploie désormais 18 personnes, et gère un budget de 1,7 million d’euros.

« Il faut redéfinir les fiches de poste de chacun avec les nouveaux moyens de travail à distance. » Les cotisations, même si elles ont été harmonisées, ne permettent pas de couvrir ce budget. Le comité régional gère aujourd’hui 600 navires, 2 200 marins, 300 pêcheurs à pied et 780 km de côtes.
Pêche au bar

Dimitri Rogoff ne se satisfait pas des moratoires sur certaines espèces. Dont le quota de 100 kg de bars mensuels pour les chaluts de fond. « Nous voulions plus de souplesse car on voit de petits bars revenir. »

Pour les pêcheurs ligneurs, le quota annuel de bar est descendu à 5 t. « D’un côté, les chaluts rejettent les bars et de l’autre, les ligneurs tirent la langue. Il y a un manque de cohérence. »

Conséquences du Brexit

Alors que les négociations entre États avancent sur le Brexit, Dimitri Rogoff estime qu’ « il n’y a pas de visibilité pour la pêche. Sera-t-elle négociée en 2019 ? Les pêcheurs du Royaume-Uni ont gros à perdre s’ils massacrent la pêche des autres. »

En ce qui concerne la zone des 6-12 milles dans laquelle les Français peuvent pêcher au sud de l’Angleterre, le comité doit évaluer son impact économique avant d’avancer des propositions.
…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP